Marketing dans l'aerien

7650 mots 31 pages
L'état des low-costs en Europe
Les deux principales low-costs européennes, Easy Jet et Ryan air, accèdent aux premiers rangs sur le trafic intra européen et domestique. Leur croissance sur la période 2000-2004 a été respectivement de +31% et +46% par an !
Pendant la même période, le trafic des acteurs classiques est resté relativement stable. Easy Jet et Ryan air n'ont donc pas établi leurs positions actuelles par un transfert massif du trafic, mais par la combinaison de deux phénomènes : d'une part, par induction de trafic, en créant une nouvelle forme de demande (le voyage « low-costs » attirant de nouveaux clients, qui jusqu'ici ne voyageaient pas, en substituant le voyage « d'impulsion » à d'autres formes de consommation de type loisir) ;
· D’autre part, en confisquant une large part de la croissance naturelle du trafic liée à la croissance économique (notamment la clientèle VFR14(*) et le segment de la clientèle Affaires sensible au prix).
Mais « les arbres ne montent pas jusqu'au ciel »... et malgré les taux de croissance exponentielle affichés par les low-cost au cours des dernières années, il semblerait qu'il existe une limite à cette expansion : certes EasyJet et Ryanair risquent de devenir n°1 et 2 en terme de trafic intra-européen et domestique, mais les caractéristiques propres de leur modèle portent intrinsèquement les limites de leur croissance et les risques de fragilisation de leur profitabilité. Proposer des prix bas, complètement déconnectés de la réalité, induit un nouveau trafic loisir, qui n'est pas suscité par un achat correspondant à « un besoin » mais à un achat pulsionnel. Le bouquet de destinations offertes au départ d'un marché subira les mêmes règles économiques que celles qui régissent le secteur de la mode : tout nouvel article reflétant les tendances éphémères détrône le précédent... Pour une low-cost, l'offre crée la demande et cette offre doit être renouvelée rapidement et régulièrement. Le marché est donc artificiellement

en relation

  • cas PESTEL
    1019 mots | 5 pages
  • Yield management
    417 mots | 2 pages
  • Rapport d'étonnement
    3163 mots | 13 pages
  • E-commerce au maroc
    1637 mots | 7 pages
  • Yield management
    1246 mots | 5 pages
  • Evolution b to b
    557 mots | 3 pages
  • Communication
    382 mots | 2 pages
  • Le groupe air france
    2724 mots | 11 pages
  • Etude de cas ryanair
    3551 mots | 15 pages
  • Biodiversité
    1077 mots | 5 pages