Martin luther king philosophie de la non violence

Pages: 18 (4476 mots) Publié le: 6 octobre 2012
III) Philosophie de la non violence

1) Le parcours intellectuel de King

C’est à Morehouse College que King a son premier contact avec la théorie de la résistance non violente au travers de l’œuvre de Thoreau : « Essai sur la désobéissance civique ». Il y découvre, dit-il, « l’idée de refuser de collaborer avec un système mauvais » . Cette lecture le marque au point qu’il relira l’ouvrageplusieurs fois.
« Il était conquit par l’affirmation provocante de Thoreau selon laquelle une minorité créatrice – fût-elle réduite à ‘un seul honnête homme’ – pouvait mettre en branle une révolution morale. »

Thoreau est né en 1817, il vivait dans les bois, condamnait l’esclavage, la guerre et fut emprisonné parce qu’il refusait de payer les impôts. Il montra que la majorité n’avait pasforcément raison :
« Si, de par sa nature, cette machine veut faire de nous l’instrument de l’injustice envers notre prochain, alors je vous le dis, enfreignez la loi. Que votre vie soit un contre-frottement pour stopper la machine. Il faut que je veille, en tout cas, à ne pas prêter au mal que je condamne… Tout homme qui a raison contre les autres constitue déjà une majorité d’une voix. »

Pourl’exprimer avec hermann Hesse, nous dirons qu’il nous faut croire « à la vertu du petit nombre… Le monde sera sauvé par quelques uns ».
Au Séminaire Théologique Crozer, la pensée de King s’oriente vers une recherche approfondie de la meilleure manière d’éliminer les fléaux sociaux. Il découvre l’œuvre de Walter Rauschenbusch. Bien qu’il ne soit pas en accord avec l’excès d’optimisme qui caractérisel’époque de Rauschenbusch et la tendance de ce dernier à confondre parfois Royaume de Dieu et Royaume terrestre, il est emballé par l’idée que l’Evangile a son mot à dire sur les problèmes sociaux. L’Evangile ne s’adresse pas seulement à la santé spirituelle et personnelle mais aussi aux problèmes économiques et sociaux que rencontre une population.
« A l’auteur de Christianity and the SocialCrisis, le prédicateur Rauschenbusch, il emprunte l’idée que les principes sociaux de Jésus peuvent être appliqués aux problèmes du monde moderne. Il en retirera la conviction durable que l’Eglise doit jouer un rôle actif dans l’établissement de la justice sociale. »

Il s’intéresse également aux théories sociales et morales des grands philosophes comme Platon, Aristote, Rousseau, Hobbes, Locke,Bentham, Mill. Il trouve le temps d’étudier un peu Marx dont il apprécie l’intérêt pour la justice sociale :
« Bref, je lus Marx comme j’avais lus tous les historiens dont la pensée a exercé quelque influence ; j’adoptai pour cette lecture un point de vue dialectique, réagissant à la fois par une approbation partielle et par un refus partiel. Quand Marx postule par exemple le matérialismemétaphysique, le relativisme moral et le totalitarisme politique, je lui réponds « non » sans discussion ; mais quand il dénonce les faiblesses du capitalisme traditionnel, quand il invite les masses à prendre conscience de leurs droits et met en doute la conscience sociale des Eglises chrétiennes, je lui réponds « oui » sans arrière-pensée. »

On voit là toute la pensée d’Hegel puisqu’il va remettreen question la vision capitaliste américaine qui ne voit pas que la vie est sociale et la vision marxiste qui ne voit pas que la vie est individuelle : « Le Royaume de Dieu n’est ni la thèse des uns (l’entreprise individuelle), ni l’antithèse des autres (l’entreprise collective), mais une synthèse qui concilie ce que ces deux doctrines contiennent de vrai. » Hegel lui apporte également l’idée quela souffrance peut être un moyen de développement et de progrès, une souffrance qui a un sens et une finalité :
« Il soutient que « la vérité est dans le tout » ; cette idée me suggéra une méthode philosophique de cohérence rationnelle. Et son analyse du processus dialectique, en dépit de ses lacunes, a contribué à me montrer que tout progrès passe par une lutte. »

Il rencontre des...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • 6 Principes de la non violence selon martin luther king
  • Martin Luther King
  • Martin luther king
  • Martin luther king
  • Martin luther king
  • Martin luther king
  • Martin luther king
  • Martin luther king

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !