Marx - Fétichisme de la marchandise

1228 mots 5 pages
Dans son ouvrage majeur, Das Kapital. Kritik der politischen Ökonomie (Capital. Critique de l'économie politique) le philosophe et théoricien allemand de l’économie politique, Karl Marx consacre son écriture au développement de la production capitaliste. Ici, le résumé porte sur l’extrait intitulé, « le caractère fétiche de la marchandise et son secret ».
Marx introduit l’idée selon laquelle la marchandise est complexe. En fait, elle recèle un secret. Non pas en tant que valeur d’usage dans sa fonction de répondre aux besoins de l’homme, ni dans le fait que ses propriétés soient des produits de l’activité humaine. En réalité, ce secret se trouve dans le passage du produit du travail à une marchandise, tout ça ayant lieu dans un monde marchand issu du développement de la propriété privée des moyens de production. Et, c’est l’échange qui est à l’origine de cette transformation, introduisant alors un rapport social entre deux individus pour permettre l’échange. Mais ce rapport n’est pas individuel, ni même humain, il prend forme entre les choses, il devient alors un rapport social des produits du travail. Ce secret se cache donc dans la valeur d’échange du produit du travail et les marchandises acquièrent une existence sociale, qui dépasse la fonction initiale utilitaire. Ainsi, dans le système capitaliste, les rapports sociaux des personnes dans leurs travaux respectifs ne s’affirment plus comme leurs propres rapports personnels, mais ils sont déguisés par les rapports sociaux des choses, les produits du travail.
En ce sens, le monde décrit par Marx fait émerger la transformation des rapports entre les individus dès lors que le travail n’est plus pour la satisfaction de bien, mais qu’il devient un travail pour la production de valeur d’échange. Ce sont les rapports entre les choses, marchandises, argent, et leurs mouvements, qui déterminent ceux des hommes, leurs idées et leurs comportements. La marchandise devient un équivalent des rapports humains, qui ne sont

en relation

  • La conssomation penseur et courant
    328 mots | 2 pages
  • fétishime
    1444 mots | 6 pages
  • Les courants de la pensée économique
    3075 mots | 13 pages
  • Karl Marx
    2846 mots | 12 pages
  • Platon et aristote
    824 mots | 4 pages
  • fanatisme
    1912 mots | 8 pages
  • Philosophie de l'argent simmel
    950 mots | 4 pages
  • Modèles économiques dans la pyramide de maslow
    3671 mots | 15 pages
  • L'homme et l'argent
    939 mots | 4 pages
  • Argent
    1074 mots | 5 pages