Marx

Pages: 9 (2225 mots) Publié le: 22 août 2013
Communiqué de l'IS à propos de Vaneigem (2)[->0]
… LIRE LA PREMIÈRE PARTIE …[->1]

«Comment, s’interroge-t-il aujourd’hui, ce qu’il y avait de passionnant dans la conscience d’un projet commun a-t-il pu se transformer en un malaise d’être ensemble ?» Mais il se garde bien de répondre à sa question, qui reste ainsi purement élégiaque. Comment en un plomb vil l’or pur s’est-il changé ? C’esttout simplement, dans ce cas, parce que la conscience d’un projet commun a cessé d’exister dans une pratique commune — dans ce que devenait la pratique commune de l’I.S. Certains vivaient la pratique de l’I.S., avec ses difficultés et ses inconvénients, donc le pire était certainement d’avoir à lutter contre l’alourdissement introduit dans notre activité commune par la tendance contemplative etauto-admirative de plusieurs situationnistes (cf. La Question de l’organisation pour l’I.S., texte d’avril 1968 repris dans I.S. no 12). Au contraire, Vaneigem ne maintenait que la pure «conscience» de la généralité abstraite de ce projet ; et donc, à mesure que l’action concrète s’élargissait, une conscience toujours plus démodée et mensongère, la fausse conscience sur le terrain prétendu de laconscience historique commune, la simple mauvaise foi. Dans ces conditions, il était de moins en moins passionnant de rencontrer Vaneigem (et d’autres qui, quant à eux, n’avaient même jamais pu passionner quiconque). Répéter vainement les mêmes critiques, puis s’en lasser, ne plaît à personne. Et il était sûrement encore plus ennuyeux pour Vaneigem de rencontrer pendant des années, dans un stylecomplètement changé, des camarades dont il savait fort bien qu’ils connaissaient, presque autant qu’il les connaissait lui-même, ses carences. Cependant Vaneigem a préféré continuer à figurer, formellement, parmi nous, appuyé sur le souvenir d’une participation authentique et la promesse toujours plus lointaine et plus abstraite d’un accomplissement futur, en jouant sur les restes bien refroidis d’undialogue amical, et en faisant la sourde oreille. Comme l’écrivait le président de Brosses à propos d’un caractère de ce genre : «On ne peut se résoudre à prendre un parti fâcheux contre un confrère, contre un homme très aimable et si doux qu’il ne répond jamais rien à tout ce qu’on lui peut dire. Le mal est que les esprits doux sont les plus opiniâtres et les plus insensibles de tous. Ils ne vouscontestent jamais rien. Mais, ni on les persuade, ni on les détermine.»

Dans les années 1965-1970, l’évanouissement de Vaneigem s’est manifesté quantitativement (il n’a plus guère participé à nos publications que par les trois petits articles qu’il a signés dans les trois derniers numéros d’I.S., et il fut même souvent absent des réunions où il se taisait généralement) et surtout qualitativement.Ses très rares interventions dans nos débats étaient frappées du signe de la plus grande incapacité d’envisager des luttes historiques concrètes ; marquées des plus pauvres échappatoires à propos de toute relation à maintenir entre ce que l’on dit et ce que l’on fait, et même de l’oubli souriant de la pensée dialectique.

À la VIIe Conférence de l’I.S., en 1966, il fallut argumenter pendant deuxheures contre une étrange proposition de Vaneigem : il tenait pour certain que notre «cohérence» indiquerait toujours en n’importe quel débat sur une action pratique à entreprendre, et après une discussion approfondie, la seule voie juste, univoquement reconnaissable à l’avance. De sorte que si une minorité de situationnistes ne se déclarait pas, à la fin de cette discussion, totalementconvaincue, elle aurait ainsi fait la preuve qu’elle ne possédait pas la cohérence de l’I.S., ou bien qu’elle avait malhonnêtement des buts cachés de sabotage, ou au moins une opposition théorico-pratique dissimulée. Si les autres camarades ont évidemment défendu les droits et les devoirs de toute minorité dans une organisation révolutionnaire — avec cent exemples concrets —, et même plus simplement les...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Marx
  • Marx
  • Marx
  • Marx
  • Marx
  • Marx
  • Marx
  • Marx

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !