Master en rp

646 mots 3 pages
Un ex-cadre accuse Belgacom de concurrence déloyale durant la période 2000-2006. Belgacom aurait dépensé une partie de son budget marketing chez d’importants clients, et ce pour les empêcher de passer à la concurrence, lorsque Belgacom n’arrivait pas à baisser suffisamment ses prix en raison de restrictions légales. Fausser le marché est inacceptable. Spéculer sur ce qui s’est passé, n’a que peu de sens. C’est au Conseil de la Concurrence et aux autres instances compétentes qu’il appartient de juger si Belgacom a agi malhonnêtement ou non.

Le fait est cependant qu’il n’y a encore et toujours pas de concurrence suffisante sur le marché professionnel. Qui plus est, il n’y a même pas d’amélioration en vue. Au début, la concurrence s’avérait insuffisante, notamment parce que les nouveaux opérateurs n’étaient pas connus. L’IBPT était à l’époque encore sous la tutelle du ministre des télécommunications qui était aussi le ministre responsable de Belgacom. L’IBPT n’était pas encore compétente pour ce qu’on appelle le ‘price squeeze’ ou la compression des prix (la différence entre les tarifs pour les utilisateurs finaux de Belgacom et les tarifs d’interconnexion facturés par cette dernière aux autres opérateurs pour l’utilisation de son réseau). Le régulateur était clairement insuffisamment armé pour stimuler pleinement la concurrence. Ces éléments expliquent pourquoi la situation était malaisée pour les nouveaux venus durant les premières années, même si l’on investissait lourdement en Belgique. Mais, après 13 années de libéralisation, Belgacom détient encore et toujours la majeure partie du marché pour la plupart des services. La difficile période initiale, la transformation réussie de la RTT en Belgacom et la crise ont fait que les autres fournisseurs se sont repliés vers des niches, à l’instar des grandes sociétés internationales. Il en résulte que les entreprises ont trop peu de choix possibles pour développer de manière optimale leur stratégie de communication.

en relation

  • Les relations sociales
    3056 mots | 13 pages
  • Loi de finance
    296 mots | 2 pages
  • Portefeuille
    4931 mots | 20 pages
  • Gfdgdgd
    5713 mots | 23 pages
  • Marketing
    2701 mots | 11 pages
  • Marketing
    4488 mots | 18 pages
  • ggfgfd
    641 mots | 3 pages
  • Poèsie
    762 mots | 4 pages
  • Muc 2010
    1333 mots | 6 pages
  • Liste hierarchisee des alimentations
    1159 mots | 5 pages