mathematique

425 mots 2 pages
issimulent. Le dramaturge leur fait aussi jouer le rôle du révélateur pour servir la recherche de la vérité. Privé de sa tenue et de la sécurité ou de la reconnaissance qu’elle représente, le personnage noble est déstabilisé, dépouillé. Revêtu de la tenue du maître, le valet se trouve mal à l’aise. Il doit apprendre l’usage raisonné de cette liberté toute neuve ainsi que les obligations de l’exercice du pouvoir. C’est par l’échange des habits que chacun prend conscience de son être profond et des devoirs de son état.

Un besoin de reconnaissance dissimulé
À l’orée du siècle des Lumières, le bourgeois anobli Marivaux commence à discuter les privilèges de la noblesse d’épée pour promouvoir une hiérarchie du mérite fondée sur l’utilité sociale, le respect et la générosité. Sa contestation est implicite, savamment estompée. Il mise encore sur la puissance réformatrice de la pensée chrétienne.
Marivaux fait œuvre de moraliste et nous demande si nous sommes dignes de la situation où nous a placés la fortune. Mieux, il nous invite à examiner si, installés dans une autre condition, nous en serions pour autant meilleurs.

Notes
1 Selon les termes de Sainte-Beuve. ↑
2 Iphicrate peut rappeler à Arlequin qu’ils ont été élevés comme des demi-frères : « Tu es né, tu as été élevé avec moi dans la maison de mon père ; le tien y est encore ; il t’avait recommandé ton devoir en partant ; moi-même je t’avais choisi par un sentiment d’amitié pour m’accompagner dans mon voyage ; je croyais que tu m’aimais, et cela m’attachait à toi. » ↑
3 Ce nécessaire assentiment personnel à son état de vie est clairement souligné par Arlequin qui utilise de manière comique l’argument des vêtements :
« Pourquoi avez-vous repris votre habit ?
Arlequin, tendrement. — C’est qu’il est trop petit pour mon cher ami, et que le sien est trop grand pour moi. »
À la fin de la pièce, Trivelin en dévoile la raison : « La différence des conditions n’est qu’une épreuve que les dieux font sur nous ». ↑

en relation

  • Mathematique
    590 mots | 3 pages
  • Mathématiques
    1330 mots | 6 pages
  • Mathématiques
    25960 mots | 104 pages
  • mathématiques
    614 mots | 3 pages
  • Mathématiques
    1926 mots | 8 pages
  • Mathématiques
    350 mots | 2 pages
  • Mathématique
    761 mots | 4 pages
  • mathematique
    833 mots | 4 pages
  • Les mathematiques
    2566 mots | 11 pages
  • Mathématiques
    1456 mots | 6 pages