MAUPASSANT Coco

1405 mots 6 pages
GUY DE MAUPASSANT

COCO

1

Dans tout le pays environnant on appelait la ferme des Lucas « la Métairie ». On n'aurait su dire pourquoi. Les paysans, sans doute, attachaient à ce mot « métairie » une idée de richesse et de grandeur, car cette ferme était assurément la plus vaste, la plus opulente et la plus ordonnée de la contrée.
La cour, immense, entourée de cinq rangs d'arbres magnifiques pour abriter contre le vent violent de la plaine les pommiers trapus et délicats, enfermait de longs bâtiments couverts en tuiles pour conserver les fourrages et les grains, de belles étables bâties en silex, des écuries pour trente chevaux, et une maison d'habitation en brique rouge, qui ressemblait à un petit château.
Les fumiers étaient bien tenus ; les chiens de garde habitaient en des niches, un peuple de volailles circulait dans l'herbe haute.
Chaque midi, quinze personnes, maîtres, valets et servantes, prenaient place autour de la longue table de cuisine où fumait la soupe dans un vase de faïence à fleurs bleues.

2

Les bêtes, chevaux, vaches, porcs et moutons, étaient grasses, soignées et propres ; et maître Lucas, un grand homme qui prenait du ventre, faisait sa ronde trois fois par jour, veillant sur tout et pensant à tout.
On conservait, par charité, dans le fond de l'écurie, un très vieux cheval blanc que la maîtresse voulait nourrir jusqu'à sa mort naturelle, parce qu'elle l'avait élevé, gardé toujours, et qu'il lui rappelait des souvenirs.
Un goujat de quinze ans, nommé Isidore Duval, et appelé plus simplement
Zidore, prenait soin de cet invalide, lui donnait, pendant l'hiver, sa mesure d'avoine et son fourrage, et devait aller, quatre fois par jour, en été, le déplacer dans la côte où on l'attachait, afin qu'il eût en abondance de l'herbe fraîche. L'animal, presque perclus, levait avec peine ses jambes lourdes, grosses des genoux et enflées au-dessus des sabots. Ses poils, qu'on n'étrillait plus jamais, avaient l'air de cheveux blancs, et des cils très longs

en relation

  • Coco
    1490 mots | 6 pages
  • Tragiques
    300 mots | 2 pages
  • Rouge gorge
    713 mots | 3 pages
  • le survenant
    939 mots | 4 pages
  • Epicure
    2036 mots | 9 pages
  • Carnets de naufrage
    509 mots | 3 pages
  • Comme tous les matins
    292 mots | 2 pages
  • Foret de raisme
    404 mots | 2 pages
  • Loup-blanc
    1095 mots | 5 pages
  • Elebore
    1376 mots | 6 pages
  • Culture Française et Sport
    1369 mots | 6 pages
  • Ezfds ezf ezfz
    7406 mots | 30 pages
  • Discours candide devant les planteurs du surinam (avec quelques fautes à revoir )
    727 mots | 3 pages
  • dissertation
    778 mots | 4 pages
  • Espanola
    530 mots | 3 pages