Max weber: l'éthique protestante et l'esprit du capitalisme

Pages: 12 (2843 mots) Publié le: 11 avril 2011
« L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme » : voilà un livre que tout le monde cite, et que finalement, pas grand monde n’a lu !
Petite note de lecture, donc, pour voir ce qu’il y adedans.
Pour Max Weber, le capitalisme est défini avant tout par la recherche de la rentabilité. On en déduira d’emblée qu’il ne parle pas du capitalisme en tant qu’il est le pouvoir des capitalistes, maisen tant qu’il est le système économique qui vise à maximiser le profit, donc la rentabilité du capital. Les deux notions sont évidemment liées, mais nullement identiques. Il y a, chez le sociologue allemand, un refus évident de poser la question du capitalisme en tant que système de pouvoir.
Weber ajoute qu’il va parler spécifiquement du capitalisme occidental, qui lui semble différer des autresen cela qu’il a recherché, constamment, une organisation rationnelle pour maximiser le taux de profit (un point de vue qui se discute, mais passons). Derrière cette supposée spécificité occidentale, il discerne d’emblée deux autres traits dominants : une stricte séparation entre l’entreprise et le ménage, c'est-à-dire l’activité économique inscrite dans le marché et l’activité économiquedomestique, et l’existence d’un système de comptabilité stricte et mathématiquement très poussé. Là encore, la thèse de départ (spécificité occidentale) est discutable. Mais là encore, passons : ce n’est pas l’essentiel du propos.
Le domaine que Weber veut analyser est celui où cette maximisation du taux de profit par une organisation rationnelle des acteurs du marché à travers la comptabilité strictes’est finalement épanoui : le capitalisme bourgeois exploitant le travail « libre » (en théorie du moins). Il se demande quelles croyances religieuses ont déterminé l’ethos le plus apte à construire les formes d’esprit elles-mêmes les plus aptes à se mouvoir dans cet univers du capitalisme bourgeois. Et il répond : le protestantisme.
Pourquoi cette réponse ?
Tout simplement parce que Weber examinel’Allemagne de son temps (la fin du XIX° siècle), et parce qu’il observe que si l’on met à part le cas particulier des communautés juives (très prospères, mais numériquement faibles) pour s’intéresser aux grandes masses, on remarque d’emblée que les protestants allemands, dans les Länder où coexistent des catholiques et des protestants de même souche, sont systématiquement plus riches que lescatholiques. Ils occupent les places les plus élevées dans la hiérarchie des entreprises, et tiennent les affaires les plus bénéficiaires.
Pourquoi cette supériorité des protestants dans le domaine économique ?
Première explication qui vient à l’esprit : parce que les protestants sont plus « émancipés » à l’égard de la tradition. Explication facile, mais fausse, répond Weber. Le protestantisme, enAllemagne, n’a pas signifié la fin de la tradition, mais la substitution d’une tradition à une autre. Au contraire même : dans l’ensemble, le rigorisme traditionaliste est pendant les quatre premiers siècles de la Réforme plus fort chez les protestants allemands que chez leurs compatriotes catholiques (historiquement exact : le protestantisme, en « nationalisant » les Eglises, a fonctionné comme unaccélérateur des particularités culturelles locales ; donc il a fabriqué des anglo-saxons toujours plus libéraux, mais aussi des Allemands toujours plus hiérarchiques, autoritaristes et antilibéraux).
La véritable explication est ailleurs. Si l’on regarde par exemple quel type d’études les parents protestants et catholiques offrent à leurs enfants en Allemagne, à l’époque de Weber, on remarque que lescatholiques privilégient les humanités, alors que les protestants s’orientent massivement vers les études pratiques et techniques. Autre exemple : seule une faible proportion des artisans catholiques s’oriente vers l’encadrement dans l’industrie, une fois leur formation achevée. A l’inverse, les artisans protestants se tournent massivement vers l’industrie, délaissant l’artisanat dès que...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Travail sur max weber, l'éthique protestante et l'esprit du capitalisme
  • L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme de max weber
  • Max weber l'éthique protestante et l'esprit du capitalisme
  • Max Weber,« L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme » (1904)
  • Weber l'éthique protestante et l'esprit du capitalisme
  • L'ethique protestante et l'esprit du capitalisme weber
  • L'ethique protestante et l'esprit du capitalisme WEBER
  • L'ethique protestante et l'esprit du capitalisme

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !