Medée : duel entre créon et médée

1627 mots 7 pages
Sénèque : Médée

Nous allons à travers cet exposé, commenter un passage de la scène III de Médée de Sénèque. Cette scène fait suite à une discussion sur la vengeance entre Médée et la Nourrice. C'est la seule qui oppose, dans un duel rhétorique, Médée à Créon, roi de Corinthe, qui est à l'origine de son humiliation. Le passage que nous allons étudier correspond au plaidoyer de Médée face à Créon, tout d'abord inébranlable.
Donc, nous allons dans une première partie voir comment Médée tente de susciter la compassion du Roi puis dans une seconde partie, étudier la construction de l'argumentation de Médée à l'image du discours oratoire classique.

I- Un appel à la compassion.

Le premier vers de ce passage « ma tâche est ardue » annonce d'emblée le but de Médée. En effet, ces premiers mots présagent le commencement d'un plaidoyer où Médée tente de se défendre face aux accusations du Roi. Dans le but de plaider sa cause et d'attiser la compassion, Médée se livre à une longue lamentation. Sa complainte passe, dans un premier temps, par un rappel du passé : où elle oppose le bonheur de jadis au malheur présent. Ainsi, elle rappelle, plusieurs fois, son ancienne condition sociale : par exemple « j'ai grandi dans une cour royale », « j'étais une noble héritière, la petite fille du roi du soleil ». En effet, Médée est la fille du roi de Colchide, lui-même fils d'Hélios, le dieu du soleil, d'où d'ailleurs la répétition de « je brillais » pour qualifier sa lignée royale mais également divine. L'opposition de son âge d'or et de sa ruine est notable aussi dans la description du pays de son père, qu'elle évoque non sans une certaine nostalgie, en mentionnant ses frontières géographiques : « tout le pays au-delà de la mer Noire, les marais saumâtres de Chersonnèse, les rivages de Cappadoce ». Enfin, Médée insiste sur la femme qu'elle était avant Argô, c'est-à-dire avant les crimes dont elle est accusée : une femme « noble, heureuse, puissante » et courtisée. Ainsi, en

en relation

  • Commentaire Médée (Acte II - Scène 2)
    785 mots | 4 pages
  • Medee
    10769 mots | 44 pages
  • Monologue délibératif
    5240 mots | 21 pages
  • Médée
    11000 mots | 44 pages
  • Analyse medee senque
    11610 mots | 47 pages
  • Uhthyt
    13279 mots | 54 pages
  • Medee Euripide Et Seneque
    13323 mots | 54 pages
  • Le theatre en 2nd
    4531 mots | 19 pages
  • Hist
    3487 mots | 14 pages
  • Antigone
    885 mots | 4 pages