memoire

Pages: 9 (2177 mots) Publié le: 3 janvier 2015
ILLAN Cindy
Elève Aide soignante. Groupe B Le 14 Avril 2013
promotion 2013 Stage du 29/01/2013 au 18/02/2013
IFAS KLEBER 30 000 NIMES



MODULE 5 : RELATION-COMMUNICATION





«  LA CHOSE LA PLUS IMPORTANTE EN COMMUNICATION, C'EST D'ENTENDRE CE QUI N'EST PAS DIT »

( D'après Peter Drucker )












REMERCIEMENTSA l'équipe pédagogique pour m'avoir guidée jusqu'ici
Aux professionnels pour leur disponibilité
A tous les patients qui ont accepté mes soins
A ma famille pour leur patience


























SommaireIntroduction.............................................................................................................. 1
Développement....................................................................................................2 à 5
Analyse................................................................................................................6 et 7Conclusion................................................................................................................. 8

















Introduction



Au cours des stages que j'ai pu effectuer au sein des différents services de soins, j'ai su m'enrichir de connaissances et de compétences en matière de communication verbale. En effet, chaque individu est unique et exige donc une approche et un langagepersonnalisé, en fonction de sa pathologie, mais aussi de sa situation psychologique, intellectuelle ou sociale.
La situation que je m'apprête à vous narrer m'a interpellé. En effet, je me suis heurtée au mutisme d'une patiente. Dès lors, une question s'est naturellement imposée .

Comment un soignant peut-il entrer en communication avec un patient en état végétatif de façon à prendre soin de luidans sa globalité ?

Dans un premier temps je décrirai cette situation puis j'analyserai , dans une seconde partie, la communication non-verbale ainsi que la musicothérapie qui ont été deux vecteurs essentiels au bon déroulement du soin que j'ai prodigué .
Enfin, je terminerai ce travail par la synthèse de tous les sentiments que j'ai pu éprouver et ce que m'a apporté ce moment puis je concluraipar mon projet professionnel et le lien qu'il peut avoir avec la situation que j'ai vécue .






1
Développement


Voilà une semaine que j'évolue au sein de ce petit service de soins de rééducation qui accueille dix patients en état neurovégétatif des suites d'accidents vasculaires cérébraux ou d'accidents de la voie publique. Il se distingue du fonctionnement plustraditionnel des autres unités de soins . En effet cet endroit est, comme je le nomme aujourd'hui, un « monde à part » . Ces êtres, ayant perdu l'intégralité de leur autonomie, nécessitent de notre part à nous, soignants, disponibilité et patience . Un soin, comme par exemple une toilette au lit , exige un minimum de quarante cinq minutes. Chaque porte de chambre doit rester impérativement ouverte ,dejour comme de nuit, car la surveillance de ces personnes doit ce faire de façon continue . Ils seraient dans l'incapacité d'utiliser la sonnette en cas d'urgence .

Mme P. est une patiente de ce service . Elle est âgée de 53 ans , est originaire d'Avignon et occupait le poste d'agent d'accueil au sein d'une école primaire . C'est d'ailleurs dans cette école qu'elle résidait car un logement defonction était mis à sa disposition. Mme P. est mariée et maman d' une fille et d' un garçon , âgés respectivement de dix neuf ans et vingt trois ans. Elle est issue d'une famille nombreuse puisqu'elle a six frères et sœurs.
Admise en service de réanimation le dix mars deux mille douze des suites d'un accident de moto, son pronostic vital était fortement engagé . Mme P. avait de multiples...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Mémoire et mémoires
  • Mémoire
  • Memoire
  • Mémoire
  • MEMOIRE
  • Memoire
  • Memoire
  • memoire

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !