Menippe et cerbere

Pages: 2 (268 mots) Publié le: 11 janvier 2013
M : Cerbère, en effet je suis un parent pour toi pcq moi-même je suis un chien aussi, dis-moi au nom du Styx comment était Socrate lorsqu’ il estdescendu chez vous ; il est vraisemblable que comme tu es un dieu, non seulement tu aboies mais aussi que tu t’exprimes humainement quand tu le veuxbien.
C : De loin, Ménippe, il semblait à tous s’approcher le visage impassible et ne semblant pas du tout craindre la mort et voulant faire voircela à ceux qui se tiennent hors de l’entrée mais lorsqu’il pencha la tête dans l’abîme, qu’il vit les ténèbres et que moi je le mordis avec de laciguë comme il tardait encore et que je tirai son pied vers le bas, il gémit comme les nouveau-nés et déplora ses petits-enfants et il devintcomplétement différent.
M : Donc l’homme était sophiste et ne méprisait pas véritablement son sort ?
C : Non mais puisqu’il vit que cela était nécessaire,il s’encouragea comme si sans doute c’est sans être contraint qu’il subira ce qu’il devait subir en tout cas pour que les spectateurs l’admirent. Eten général je pourrais dire au sujet précisément de tous les hommes de ce genre : jsq à l’entrée ils sont hardis et courageux mais c’est ce qui sepasse à l’intérieur qui est une preuve exacte.
M : Moi, comme t’ai-je semblé être descendu ?
C : Tu es le seul, Ménippe, à être digne de ta raceet Diogène avant toi pcq vous êtes entrés sans être contraints ni poussés, mais volontaires, riant, après avoir ordonné à tous de se lamenter.
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Cerbere
  • Cerbere
  • " Le portrait de ménippe ", les caractères

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !