mes vers fuiraient doux et frêles

Pages: 5 (366 mots) Publié le: 11 novembre 2015
La source tombait du rocher

La source tombait du rocher
Goutte à goutte à la mer affreuse.
L'Océan, fatal au nocher,
Lui dit: «Que me veux-tu, pleureuse?

Je suis la tempête et l'effroi;
Je finis où le cielcommence.
Est-ce que j'ai besoin de toi,
Petite, moi qui suis l'immense?»

La source dit au gouffre amer:
Je te donne, sans bruit ni gloire,
Ce qui te manque, ô vaste mer!
Une goutte d'eau qu'on peut boire.»
Avril1854, En marche













Mes deux filles

Dans le frais clair-obscur du soir charmant qui tombe,
L'une pareille au cygne et l'autre à lacolombe,
Belles, et toutes deux joyeuses, ô douceur!
Voyez, la grandesoeur et la petitesoeur
Sont assises au seuil du jardin, et sur elles
Un bouquet d'oeillets blancs aux longues tiges frêles,
Dans une urne de marbre agité par le vent,
Se penche, et les regarde, immobile etvivant,
Et frissonne dans l'ombre, et semble, au bord du vase,
Un vol de papillons arrêté dansl'extase.
juin 1842 , Aurore



















Mes vers fuiraient, doux et frêles


Mes vers fuiraient, doux et frêles,
Versvotre jardin si beau,
Si mes vers avaient des ailes,
Des ailes comme l'oiseau.

Il voleraient, étincelles,
Vers votre foyer qui rit,
Si mes vers avaient des ailes,
Des ailes comme l'esprit.

Près de vous, purset fidèles,
Ils accourraient nuit et jour,
Si mes vers avaient des ailes,
Des ailes comme l'amour.
mars 18.., L’âme en fleure














ÉCRIT AU BAS D’UN CRUCIFIX

Vous qui pleurez, venez à ce Dieu, car ilpleure.
Vous qui souffrez, venez à lui, car il guérit.
Vous qui tremblez, venez à lui, car il sourit.
Vous qui passez, venez à lui, car il demeure.

Juillet 1843, Les luttes et des rêves
























Aimecelui qui t'aime

Aime celui qui t'aime, et sois heureuse en lui.
-- Adieu! -- sois son trésor, ô toi qui fus le nôtre!
Va, mon enfant béni, d'une famille à l'autre.
Emporte le bonheur et laisse-nous l'ennui!Ici, l'on te retient; là-bas, on te désire.
Fille, épouse, ange, enfant, fais ton double devoir.
Donne-nous un regret, donne-leur un espoir,
Sors avec une larme! entre avec un sourire!

15 février 1843, Pauca meae
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Doux
  • doux
  • Les enfants doux
  • APPRENDRE SERA DOUX
  • Doux rêves
  • vers
  • vers
  • Versés

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !