Michaux

1664 mots 7 pages
Henri Michaux (Namur, 24 mai 1899 – Paris, 19 octobre 1984) est un écrivain, poète et peintre d'origine belge d'expression française naturalisé français en 1955.
Biographie [modifier]
Henri Michaux passe son enfance dans une famille de chapeliers aisés, à Bruxelles, au 69 rue Defacqz. Après avoir séjourné dans un pensionnat de la région de Malines, il poursuit ses études à Bruxelles au Collège Saint-Michel, où il a pour condisciples Geo Norge, Herman Closson et Camille Goemans[1].
Adolescent angoissé, ses premières expériences littéraires sont marquées par la fréquentation de Tolstoï et Dostoïevski. Même s'il lit beaucoup pendant ses études chez les jésuites, il ne s'oriente pas tout d'abord vers l'écriture mais vers la médecine, qu'il abandonnera assez vite pour s'engager comme matelot. Il navigue en 1920 et 1921, mais doit débarquer, son bateau étant désarmé. À peu près à la même époque, la découverte de Lautréamont le pousse à écrire. Il en sortira Cas de folie circulaire en 1922, premier texte qui donne déjà une idée de son style. Ensuite les écrits se succèdent (les Rêves et la Jambe en 1923, Qui je fus en 1927...) et les styles se multiplient.
Dans les années 1920, il collabore activement à la revue d'avant-garde Le Disque vert fondée par Franz Hellens.
Pendant cette période, il émigre à Paris. Dès lors, il ne cessera de renier tout ce qui le rattache à la Belgique. En revanche, il gardera jusqu'à la fin de sa vie une réelle affinité avec la France et avec Paris en particulier[2] - même s'il ne cessera pas de voyager dans le monde entier.
À Paris, il se lie rapidement avec le poète Jules Supervielle avec qui il restera ami jusqu'à sa mort. En 1936, ils voyagent en Uruguay (chez Supervielle) puis à Buenos Aires en Argentine pour le Congrès International du Pen Club International. Au cours de ce voyage, Michaux rencontre Susana Soca, femme de lettres uruguayenne avec qui il sera très lié[2]. Il retrouve également Victoria Ocampo, la directrice de SUR.
A

en relation

  • Michaux
    840 mots | 4 pages
  • Michaux
    9836 mots | 40 pages
  • Michaux
    716 mots | 3 pages
  • Michaux et la drogue
    689 mots | 3 pages
  • Henry michaux
    846 mots | 4 pages
  • Michaux et la seiche
    1887 mots | 8 pages
  • Clown de michaux
    673 mots | 3 pages
  • Henry michaux
    333 mots | 2 pages
  • Henri michaux
    672 mots | 3 pages
  • Clown de michaux
    787 mots | 4 pages