Michel debré

29173 mots 117 pages
Université de Nantes
Faculté de Droit et des Sciences politiques
Année universitaire 2008-2009 (1er semestre)

Relations internationales
1e année de Licence en Droit
Renan LE MESTRE

Introduction

Ce cours a pour objet une présentation du droit applicable aux relations internationales, c’est-à-dire aux rapports qu’entretiennent les sujets du droit international, au premier rang desquels les États. Cette étude sera conduite en trois étapes. Dans un premier temps, nous étudierons la formation historique de la société internationale et les conditions d’apparition d’un droit des institutions et des relations internationales. Dans un second temps, nous nous pencherons sur les sujets de cette société internationale. Dans un troisième temps enfin, nous examinerons le cadre juridique des relations internationales.

Spécificités du droit des relations internationales : un droit sans législateur, ni sanction

Il faut bien faire la différence par rapport au droit interne. Dans l’ordre juridique interne, l’État dispose du pouvoir d’édicter des règles applicables sur l’ensemble de son territoire (pouvoir normatif) et auxquelles ses ressortissants doivent se plier sous peine de sanction (pouvoir de contrainte). En résumé, dans l’ordre interne, l’État est à la fois législateur et gendarme. Ce schéma là n’est pas transposable à la société internationale dont les principaux acteurs sont les États souverains. Or ces derniers sont égaux entre eux (on parle d’égalité souveraine). Ce qui caractérise, de ce fait, la société internationale c’est une certaine forme d’anarchie.

Pour autant, si les États sont égaux, ils doivent bel et bien coexister. Le droit international est destiné à réguler cette coexistence. Il repose sur une coordination des sujets de la société internationale. Dans une logique d’échange, ceux-ci vont volontairement (primat de la volonté souveraine), dans un secteur déterminé (par exemple, le commerce), accepter de limiter leur souveraineté, en

en relation

  • Michel debré
    3933 mots | 16 pages
  • Michel debré
    4010 mots | 17 pages
  • Discours michel debré
    2838 mots | 12 pages
  • commentaire Michel debré
    3266 mots | 14 pages
  • Commentaire Michel Debre
    1539 mots | 7 pages
  • Discours michel debre
    897 mots | 4 pages
  • Michel debré et la constitution de 1958
    1529 mots | 7 pages
  • Discours michel debré
    1217 mots | 5 pages
  • commentaire de la phrase de michel debré
    1781 mots | 8 pages
  • Discours de michel debré - 27 août 1958
    670 mots | 3 pages