mng 1 ch2

1047 mots 5 pages
Management – Chapitre 2 – Finaliser, Mobiliser et Gérer
I)

Les finalités de l’entreprise
A) La notion de finalité
C’est la vocation de l’entreprise, sa raison d’être. C’est donc son but ultime, son idéal. Les finalités sont toujours d’ordres généraux et non quantifiables.
Ex : privilégier les salariés, les investissements, satisfaire les actionnaires.
Une entreprise peut avoir plusieurs finalités mais une seule prédomine.
Deux Types de finalités

EXTERNE

INTERNE




Tient compte des aspirations des dirigeants (croissance)
Tient compte du personnel (éviter
Turn-over)






Elles sont imposées Exigences du client Exigences des actionnaires Exigences de la société civile et de l’État Les facteurs influençant les finalités
Selon la théorie de la contingence, il n’y a pas de finalité meilleure que d’autres mais uniquement des finalités adaptées à la spécificité de chaque entreprise. Ainsi, un certain nombre de facteurs vont influencer le choix de la finalité (histoire de l’entreprise, personnalité de son dirigeant, attentes des salariés, cadre sociopolitique)
C’est pourquoi les finalités évoluent dans le temps et qu’il n’existe pas de finalités parfaite et universelle = stratégie contingente.
La cohésion entre finalité et objectif de l’entreprise
L’objectif c’est ce qui permet la finalité.
Certains objectifs sont indépendants, d’autres contradictoires. C’est pourquoi on hiérarchise les objectifs.

1

Management – Chapitre 2 – Finaliser, Mobiliser et Gérer
OBJECTIF

FINALITE

+ concrets
Court termes
Nombreux

- concrets
Longs termes
Unique

La cohésion Objectif / Finalité
B) Les 4 grandes finalités
Financière (recherche du profit, rentabilité)
C’est la finalité privilégiée dans les entreprises privées. Elle permet pour les PME d’assurer un autofinancement (rare) et pour les GE de payer les dividendes et d’investir.
Économique
Selon Peter Drucker, le profit ne doit pas être une finalité en soi. Il faut avant tout assurer la pérennité de l’entreprise ou la

en relation

  • D 72
    105798 mots | 424 pages