Moliere

Pages: 61 (15240 mots) Publié le: 1 février 2011
DOSSIER
D’UN PROF DE LETTRES
SUR CORNEILLE-MOLIÈRE
HELENE FERNAC
d’après les ouvrages de Denis Boissier
et le site www.corneille-moliere.org
Réflexions d’une enseignante.
Je vous empêcherai bien de vous endormir
dans la certitude, qui est l’inertie de l’intelligence.
Louis Ménard
Depuis peu, j’évoque l’Affaire Corneille-Molière en classe. La lecture de deux ouvrages "officiels" m’afait franchir le pas : La Fortune littéraire de Molière (1970) de Maurice Descotes, qui montre comment la réputation littéraire posthume de Molière a évolué d’un extrême à l’autre, et la thèse de Gérard Moret, Molière : portrait de la France dans un miroir (2004) dans laquelle est expliqué au moyen de quels sentiments nationalistes exacerbés s’est formé, au fil des décennies, le « mythe Molière »dont nous sommes tous les tributaires, et tout d’abord les professeurs de Lettres puisque leur rôle est de transmettre aux générations nouvelles cet "héritage" sans en discuter le bien-fondé.
C’est la docilité avec laquelle, en tant qu’enseignante, je reproduisais le discours de mes maîtres qui m’a fait prendre conscience qu’il était temps de faire mon autocritique sur la façon dont je présentaisMolière. J’avais en mémoire comment un célèbre manuel de français des Années Soixante portait aux nues l’œuvre et la personnalité de Paul Bourget… et comment cet écrivain si encensé s’était, presque du jour au lendemain, effacé de la mémoire collective et des programmes scolaires. Ce fait me fit mesurer la variabilité des jugements que les générations successives portent sur tel artiste ou tel faithistorique. D’un côté, j’étais soulagée de savoir que les a priori les plus assénés pouvaient soudain s’effondrer (et qu’il y avait toujours une possibilité de corriger les erreurs de perspective) mais, de l’autre, je m’inquiétais : une remise en question de Molière était-elle possible ? Chaque fois que j’avais abordé l’Affaire Corneille-Molière avec mes collègues de français durant la pause dansla « salle des Profs » toujours enfumée (Dieu merci, en ce domaine aussi, les mœurs ont évolué), leur attitude surprise ou agacée m’avait fait comprendre qu’il n’était pas souhaitable de s’interroger sur la valeur littéraire et le rôle historique de Molière. Si un pilier inébranlable soutenait l’enseignement du français, c’était bien Molière. Il était la perfection faite comédie, le meilleurambassadeur pour amener nos élèves à apprécier le théâtre, à réfléchir sur les défauts humains, les grandeurs et les petitesses de son époque, et par delà, à jauger avec lucidité des travers de notre société. Mes collègues me répétaient : « Que vas-tu chercher ? Molière est un génie. Il n’a rien à voir avec Corneille. Tu perds ton temps … » L’un d’eux m’a même ri au nez : « Si Molière n’avait pas écritses pièces, cela se saurait depuis longtemps. » Je n’ai pas osé répondre que si personne ne se décide à y regarder de plus près...
Il n’était donc pas aisé de faire douter ceux qui ont passé tant d’années à retenir des exposés magistraux qui affirment que Molière est, de tous nos écrivains, celui qui a le plus de vertu pédagogique et républicaine. Comment, après tant d’études studieuses, unprofesseur digne de ce nom pourrait-il remettre en cause ce qu’il affirme quotidiennement devant les trois ou quatre classes auxquelles il a mission d’enseigner ? Il y avait là quelque chose de presque inhumain d’imaginer ce professeur luttant, solitaire, contre toutes les croyances, remontant le courant des idées reçues, étudiant scrupuleusement les pièces de Molière et de Corneille, leur carrièrerespective, le contexte social dans lequel ils vécurent. Et pour quel résultat ? Se faire mal voir de ses collègues et courir le risque de découvrir que ce qu’on lui a appris – et que l’Education Nationale attend qu’il enseigne à son tour – n’est pas l’entière vérité historique. Quelle déplaisante situation ! C’était la mienne.
Un professeur étant avant tout un ancien bon élève, c’est donc de...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Molière
  • Molière
  • Molière
  • Molière
  • Moliere
  • Moliere
  • Molière
  • Moliére

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !