Moliere

15240 mots 61 pages
DOSSIER
D’UN PROF DE LETTRES
SUR CORNEILLE-MOLIÈRE
HELENE FERNAC d’après les ouvrages de Denis Boissier et le site www.corneille-moliere.org
Réflexions d’une enseignante.
Je vous empêcherai bien de vous endormir dans la certitude, qui est l’inertie de l’intelligence.
Louis Ménard
Depuis peu, j’évoque l’Affaire Corneille-Molière en classe. La lecture de deux ouvrages "officiels" m’a fait franchir le pas : La Fortune littéraire de Molière (1970) de Maurice Descotes, qui montre comment la réputation littéraire posthume de Molière a évolué d’un extrême à l’autre, et la thèse de Gérard Moret, Molière : portrait de la France dans un miroir (2004) dans laquelle est expliqué au moyen de quels sentiments nationalistes exacerbés s’est formé, au fil des décennies, le « mythe Molière » dont nous sommes tous les tributaires, et tout d’abord les professeurs de Lettres puisque leur rôle est de transmettre aux générations nouvelles cet "héritage" sans en discuter le bien-fondé.
C’est la docilité avec laquelle, en tant qu’enseignante, je reproduisais le discours de mes maîtres qui m’a fait prendre conscience qu’il était temps de faire mon autocritique sur la façon dont je présentais Molière. J’avais en mémoire comment un célèbre manuel de français des Années Soixante portait aux nues l’œuvre et la personnalité de Paul Bourget… et comment cet écrivain si encensé s’était, presque du jour au lendemain, effacé de la mémoire collective et des programmes scolaires. Ce fait me fit mesurer la variabilité des jugements que les générations successives portent sur tel artiste ou tel fait historique. D’un côté, j’étais soulagée de savoir que les a priori les plus assénés pouvaient soudain s’effondrer (et qu’il y avait toujours une possibilité de corriger les erreurs de perspective) mais, de l’autre, je m’inquiétais : une remise en question de Molière était-elle possible ? Chaque fois que j’avais abordé l’Affaire Corneille-Molière avec mes collègues de français durant la pause dans

en relation

  • Moliere
    8766 mots | 36 pages
  • Molière
    5239 mots | 21 pages
  • Moliere
    2650 mots | 11 pages
  • Molière
    3482 mots | 14 pages
  • Molière
    1510 mots | 7 pages
  • Molière
    431 mots | 2 pages
  • Molière
    4906 mots | 20 pages
  • Molière
    857 mots | 4 pages
  • Moliere
    891 mots | 4 pages
  • Molière
    695 mots | 3 pages