Mon reve familier

765 mots 4 pages
Problématique : En quoi ce poème est-il un poème d’amour ?

Plan : I / Un poème d’amour.
1. Un amour.
2. Les souffrances du poète

II/ Une femme mystérieuse.
1. Un portrait flou.
2. Une existence immatérielle.

Conclusion :
« Mon rêve familier » est un poeme qui datte Paul Verlaine est un poete francais du XIXeme siecle

Dans cette première partie, nous montrerons en quoi ce poème diffuse un message d’amour, nous analyserons dans un premier temps l’amour imaginaire évoqué dans le poème et ensuite nous interpréterons les souffrances du poète.

Les sentiments du poète sont forts envers cette femme. Le lyrisme de ce poème nous confirme réellement les sentiments émis par le poète. On note une anaphore « Pour elle seule » (V.6-7) qui met en valeur l’amour du poète envers cette personne, ce dernier utilise également un vocabulaire mélioratif pour mettre en valeur la femme, comme nous le prouvent les mots suivants «doux et sonore » (V.10), « calme » (V.13). Le poète tente de faire croire au lecteur que la femme a également des sentiments amoureux pour lui, comme nous le prouve les expressions suivantes « et que j’aime, et qui m’aime. » (V.2), « ceux des aimés » (V.11), « voix chères » (V.14). Le poète tente de montrer au lecteur à quel point cette femme est importante à ses yeux.
Nous pouvons dire que le poète est amoureux de cette femme et il tente de confirmer au lecteur que la femme est également amoureuse de lui.

Le poète recherche une femme idéale. Un énorme regret s’installe dans le poème avec par exemple la présence de points d’exclamations, comme nous le prouve l’expression suivant « Hélas ! », cette rencontre est impossible, cette femme est inaccessible. Il y a une allitération en S au V.6 qui peut nous rappeler la souffrance du poète mais aussi celle de cette femme qui nous donne l’impression d’être imaginaire.
Nous pouvons dire que la recherche de cette femme « idéale » est une souffrance ultime pour le poète. Il veut la

en relation

  • Corpus de texte
    553 mots | 3 pages
  • Commentaire littéraire : « mon âme a plus de feu… », victor hugo.
    1228 mots | 5 pages
  • Dissertation : « il ennoblablit le sort des choses viles »
    3339 mots | 14 pages
  • Préface d'une anthologie pour poèmes d'amour
    440 mots | 2 pages
  • Les bijoux baudelaire
    795 mots | 4 pages
  • René-guy cadou commentaire
    1511 mots | 7 pages
  • Dissetation
    1940 mots | 8 pages
  • Commentaire composé "tu me disais" d'andré verdett
    507 mots | 3 pages
  • Anthologie animaux
    1283 mots | 6 pages
  • Préface anthologie
    711 mots | 3 pages
  • Analyse le serpent qui danse
    860 mots | 4 pages
  • Las ou est maintenant, du bellay
    612 mots | 3 pages
  • lecture analytique
    290 mots | 2 pages
  • Mon rêve familier
    1230 mots | 5 pages
  • Le familistère
    1920 mots | 8 pages