Montaigne

2570 mots 11 pages
> Montaigne - Essais - Livre IMichel-Eyquem-de-Montaigne-mosaic.jpg
Exemple de dissertation

Dissertation notée 15/20 à la session 2011 de l’agrégation de Lettres modernes

Sujet :

« Dans l’ordre de l’analyse et de la saisie par le langage, l’essai est la formule qui se rapproche le plus de l’inconsistance des chimères, des divagations de la psyché. A peine Montaigne a-t-il atteint un équilibre ou esquissé une forme, qu’il les altère pour en chercher d’autres, et ainsi de suite. C’est la toile de Pénélope : il défait ce qu’il a tissé et, dans les trous du filet, dans le bougé de l’étoffe, laisse transparaitre les inquiétudes de l’ouvrier, les surprises d’un esprit aux aguets »

Dans quelle mesure, ces remarques formulées par Michel Jeanneret en 1991 éclairent-elles votre lecture du livre I des Essais ?

Dans le chapitre 24 du premier livre des Essais, Montaigne nous apprend que le « premier goût » qui lui vint pour la littérature, il le devait à La Métamorphose d’Ovide, oeuvre qui relate, comme son titre l'indique, les métamorphoses de Dieux et héros de la mythologie. Michel Jeanneret perçoit lui aussi une affinité entre Montaigne et cette notion de transformation puisqu'il voit dans « la formule de l'essai » la façon la plus pertinente de traduire les hésitations et mouvements d'une pensée vagabonde, « l'inconstance des chimères », « les divagations de la psyché », usant de termes qui évoquent presque la folie et précisant que Montaigne effectue cela dans « l'ordre de l'analyse et de la saisie par le langage ». D'après lui, les Essais seraient une oeuvre instable que Montaigne altérerait à peine aurait-il "atteint un équilibre ou esquissé une forme ». L'oeuvre de Montaigne serait donc marquée par un mouvement de construction-déconstruction qui ferait sa dynamique propre et que Michel Jeanneret évoque à travers une métaphore, celle de la « toile de Pénélope », précisant ensuite que Montaigne « défait ce qu'il a tissé ». Dans cette perspective

en relation

  • Montaigne
    359 mots | 2 pages
  • Montaigne
    698 mots | 3 pages
  • montaigne
    1828 mots | 8 pages
  • Montaigne
    296 mots | 2 pages
  • Montaigne
    587 mots | 3 pages
  • Montaigne
    1538 mots | 7 pages
  • Montaigne
    662 mots | 3 pages
  • montaigne
    844 mots | 4 pages
  • Montaigne
    1655 mots | 7 pages
  • Montaigne
    362 mots | 2 pages