Mystic river: film/livre

878 mots 4 pages
Après le visionnage du film « Mystic River » de Clint Eastwood qui est une adaptation du livre de Dennis Lehane, un constat se fait : le scénario du film et du livre ne font qu’un tant ils sont similaires à tous niveaux.
Premièrement, une adaptation est une transformation d'une œuvre, ou transposition d'un domaine artistique à un autre, d'une œuvre en conservant la trame narrative . Cependant, elle se scinde en deux : l’adaptation simple et l’adaptation réussie. En ce qui concerne la dernière, elle peut être définie par une symbiose entre littérature et cinéma. Un film doit compléter un livre. Il a pour obligation de lui rester fidèle, mais aussi jouer de l'argument visuel et sonore dont il peut prétendre, contrairement au livre. En somme, être son alter ego, mais pas en essayant de mettre de la littérature à l'écran, plutôt en transformant la littérature en images. Etre différent, mais fidèle, aussi paradoxal que cela puisse paraître. Tenter de transposer mot à mot un livre est idiot. Il faut trouver un juste milieu à atteindre.
Certes, l’intrigue dans le roman est mieux menée, plus déroutante, les personnages plus ambigus. Quant à lui, le film suit fidèlement le fil et l’ambiance du roman. Mystic River, le film, est donc une adaptation réussie. Malgré certaines petites différences, le film tout comme le livre sont le reflet l’un de l’autre.
Trois minimes différences sont percevables. Dans le livre, le nom de Jimmy est Marcus. Cependant, dans le film, il est remplacé par Markum. Un bref détail qui pour rien gâcherait le plaisir de ce visionnage. Pour rentrer en profondeur dans l’analyse, Katie est blonde dans le livre et brune dans le film. De plus, au début du film quand Dave se trouve à l'arrière de la voiture, l'homme assis devant se retourne. Sa bague est visible, c’est une bague d'évêque. Le roman ne précisait pas que ce personnage était un prêtre, mais cela se trouve dans le film. La raison est que le tournage s'est déroulé en plein milieu du scandale

en relation

  • Biographie
    641 mots | 3 pages
  • HISTOIRE DES ARTS
    7795 mots | 32 pages
  • Fiche de lecture invictus
    1708 mots | 7 pages
  • Romans necessaires
    1958 mots | 8 pages
  • Into the wild
    2987 mots | 12 pages
  • Into the wild
    5723 mots | 23 pages
  • littérature
    6001 mots | 25 pages
  • Cours sur la justice et l’etat de droit
    8827 mots | 36 pages
  • Warner bros
    11839 mots | 48 pages
  • mandela
    10460 mots | 42 pages