Mythobiographie

1289 mots 6 pages
Article
« Mythobiographie » Tania Feix
Moebius : Écritures / Littérature, n° 80, 1999, p. 51-54.

Pour citer cet article, utiliser l'adresse suivante : http://id.erudit.org/iderudit/13606ac Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir.

Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html

Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à
Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : erudit@umontreal.ca

Document téléchargé le 27 December 2011 05:01

TANIA FEIX

Mythobiographie

Depuis le début, j'ai tout planté. On me l'a bien fait comprendre. À ce qu'il paraît, c'est de ma faute. À ce qu'il paraît, si j'avais été moins pressé de vivre, il n'y aurait pas eu... C'est vrai que si j'avais su ce qui m'attendait, j'aurais pris mon temps. C'était il y a une vingtaine d'années. Il faisait froid. C'était le vingt-quatre décembre. Mes parents s'étaient fait chasser de leur maison pour n'avoir pas eu de quoi payer le loyer et ils erraient dans le froid et la nuit. Ils devaient aller à la rencontre d'un roi et de ses frères, dans une grange où un ami de mon père devait les aider à retrouver leur intérieur. Ma mère était enceinte, à ce qu'il paraît, ce n'était pas de mon père, ni d'un autre, mais du Saint-Esprit. Je sais qu'ils sont arrivés plus tard que prévu. Le drame a eu lieu. La grange était déjà occupée. Un enfant braillait dans un coin et des ânes broutaient autour. Mon père (je dis mon père parce que je suis sûr qu'il l'est, s'il

en relation