Nadja, a. breton

628 mots 3 pages
La lecture de Nadja peut fournir un point de départ utile pour connaître le projet surréaliste. Publié en 1928, le livre correspond à une période d’éclatement des œuvres issues de ce mouvement, et possède une certaine forme narrative qui, sans trop déconcerter le lecteur débutant, lui permet de s’initier aux procédés d’écriture surréalistes.
« Tu écriras un roman sur moi ». Ce sont les propres mots de Nadja aux quels Breton se refuse pourtant. Nadja, avant d'être quoi que ce soit, n'est pas un roman. En effet, profondément surréaliste, Breton se refuse à la description romanesque, en usant des photographies par lesquelles il impose au lecteur la simple réalité des personnages ou des lieux évoqués sans passer par l'intermédiaire de descriptions qui prétendraient inutilement concurrencer l'évidence du réel. Ce refus chez Breton (ainsi que la forme du texte) nous empêche de qualifier Nadja comme un roman . Cette oeuvre est avant tout une sorte de mémoires mentaux. Le récit commence par cette question fondamentale et insoluble : « Qui suis je ? », et Breton essaie de répondre à partir d'un proverbe : « Dis moi qui tu hantes , je te dirai qui tu es. » Donc son projet était de comprendre en observant la façon dont se déroule sa vie , en quoi consiste sa singularité. Sans plan préétabli et avec subjectivité, Breton « nous plonge d'emblée dans une conception du surréalisme comme mode de vie » et il évoque quelques événements qui ont marqué sa vie comme autant de signaux et dont il a été le « témoin hazard », quelques « accidents de pensée » et « de pétrifiantes coïncidences», jusqu'au moment il rencontre Nadja. Cet événement qui forme la partie centrale de l'ouvrage lui apparaît « comme un fait-précipice, de nature à l'entraîner sur les voies d'une exploration mystérieuse du rêve, de la folie, du langage, dans un Paris en proie au vertige des signes, qu'il parcoure comme un grand cryptogramme. » Mais si Breton est fasciné par Nadja, « l’âme errante », qui lui

en relation

  • Exposé nadja, andré breton
    1998 mots | 8 pages
  • Disseration littéraire - nadja d'andré breton
    1423 mots | 6 pages
  • Note de lecture Nadja d'Andrée Breton
    1347 mots | 6 pages
  • Nadja
    3651 mots | 15 pages
  • nadja
    2629 mots | 11 pages
  • Nadja
    3241 mots | 13 pages
  • André breton
    26852 mots | 108 pages
  • Rapport
    1658 mots | 7 pages
  • Nadja
    1778 mots | 8 pages
  • Commentaire de : andré breton, nadja, pp. 71-73
    1088 mots | 5 pages