Napoléon met un terme à la révolution

708 mots 3 pages
9 novembre 1799
Bonaparte met un terme à la Révolution

Ce document existe en version intégrale pour les Amis d'Hérodote
Le 9 novembre 1799 (18 Brumaire An VIII, selon le calendrier républicain), le général Napoléon Bonaparte met fin au régime du Directoire par un brutal coup d'État. Il ouvre la voie à sa propre dictature et met fin à la Révolution proprement dite.
Vers une dictature de salut public
Dix ans après la prise de la Bastille, la Révolution s'essoufle. Le gouvernement du Directoire est désemparé par les difficultés économiques et militaires, et menacé par un retour prématuré des royalistes. Le Directeur Sieyès dit à qui veut l'entendre qu'il «cherche un sabre» capable de sauver ce qui reste de la Révolution... et en particulier les fortunes des profiteurs.
Le retour d'Égypte du général Napoléon Bonaparte lui offre l'occasion qu'il cherchait. Sieyès voit en ce jeune général couvert de gloire le dictateur de salut public dont la République française a besoin pour éviter le retour de Louis XVIII et de l'Ancien Régime. Il concocte avec lui un coup d'État parlementaire qui passerait par une révision de la Constitution.
Le 18 Brumaire, sous le prétexte d'un «complot des terroristes» (royalistes), les deux assemblées des Cinq-Cents et des Anciens sont convaincues de se transporter au château de Saint-Cloud et de confier la garde de Paris à Bonaparte. Complices du complot, trois des cinq Directeurs, Sieyès, Barras et Ducos, démissionnent. Les deux autres, Gohier et Moulin, suspects de sympathies jacobines, sont destitués et arrêtés.
Le lendemain, la troupe boucle le château de Saint-Cloud. Mais les élus des Cinq-Cents réunis dans la salle de l'Orangerie refusent de modifier la Constitution comme on le leur demande. Bonaparte, qui a déjà prononcé une médiocre harangue devant les Anciens, fait de même devant les Cinq-Cents. Sa déplorable prestation est accueillie par des huées et les cris : «À bas le dictateur !»
Violemment pris à partie par les

en relation

  • Napoléon est il le continuateur de la revolution
    909 mots | 4 pages
  • Napoléon est - il le continuateur de la révolution?
    359 mots | 2 pages
  • Napoléon est-il le continuateur de la révolution ?
    1259 mots | 6 pages
  • Le régime de napoléon bonaparte
    953 mots | 4 pages
  • La france napoléonienne.
    409 mots | 2 pages
  • Le coup d'etat de brumaire
    1262 mots | 6 pages
  • Napoléon
    2508 mots | 11 pages
  • Napoléon et révolution
    2815 mots | 12 pages
  • La france sous napoléon (de 1799 à 1815) : rupture ou continuité de la révolution ?
    1464 mots | 6 pages
  • Napoléon, héritier ou fossoyeur de la révolution ?
    688 mots | 3 pages