Nathys

1630 mots 7 pages
Le sociographe, 17, 2005

/ 29

Etienne Wéber

Humeurs étudiantes... sur le vêtement des travailleurs sociaux

Beaucoup de questions apparaissent autour de l’apparence, de ce qui se donne à voir, crée une image, suggère, voile et dévoile. Les aspects fonctionnels, symboliques voire sacrés s’inscrivent dans ce qui entoure l’enveloppe corporelle et sont des indicateurs très divers de l’identité professionnelle, de l’appartenance socio-culturelle…
> E. Wéber est formateur à l’IRTS de PACA et Corse. Mel : weberdanson@hotmail.com

Téléchargement gratuit des n° épuisés sur www.lesociographe.org

/ 30

« Questions de vêtement »

En interrogeant les assistants sociaux et les éducateurs spécialisés sur le thème de la mode (*), nous voulions vérifier l’opinion commune qui consiste à penser que les assistantes sociales suivent la mode et que les éducateurs spécialisés se positionnent avec une « grande » distance vis-à-vis de celle-ci. Les résultats nous montrent qu’ « être à la mode » est placé en avantdernière position chez les éducateurs et chez les assistantes sociales. Chacune des deux populations privilégient le confort au look Les étudiants en travail social semblent soucieux d’être confortablement vêtu, « à l’aise », la fonctionnalité du vêtement s’avérant être primordiale. Ils sont peu intéressés par les phénomènes de mode et disent ne pas s’impliquer dans une éventuelle norme vestimentaire propre à leur groupe. La majorité des enquêtés expriment une certaine distance et indépendance vis-à-vis du vêtement. Si nous suivons les résultats, commentaires et remarques, il semble bien que ce ne soit pas « l’habit » qui permette de reconnaître l’identité professionnelle. Il nous reste à considérer l’hypothèse d’un ensemble d’attitudes, gestes, façons d’être et de faire, voire d’accessoires qui donneraient accès à une différenciation d’identité professionnelle.

(*) Par questionnaire auprès d’étudiants en travail social à l’IRTS Paca et Corse en 2004.

en relation

  • Description de chanson
    336 mots | 2 pages
  • Joey starr
    2489 mots | 10 pages