Ne desirons nous

495 mots 2 pages
chose : 1. Désigne la réalité (res en latin : chose) en gén. ; cf. DESCARTES : « chose pensante » (âme), « chose étendue » (matière). 2. Désigne la réalité, envisagée comme déterminée et statique, existant hors de la représentation ; en ce sens, KANT utilise l'expression « chose en soi ». 3. (Par ext.) À partir du sens 2, désigne la réalité inanimée, hors de son rapport à la pensée (le monde des choses). Rem. : la chose se distingue de l'objet en ce que ce dernier est construit ; cela n'implique pas que la chose soit chose en soi ; ce qui est chose se constitue comme ce qui est maniable, ce qui est disponible ; autrement dit, l'objet se réfère à la pensée, la chose à l'action ; le monde des choses, c'est le monde qui se détermine dans la pratique, et y résiste ; à partir du sens 3, le réaliste confond volontiers la chose et l'objet (cf. DURKHEIM : « Il faut considérer les faits sociaux comme des choses »). 4. Chosisme : attitude qui consiste à considérer la réalité comme une chose au sens 2.

- L'analyse du désir en lui-même (comme attente d'une satisfaction pour soi-même) indique qu'il s'agit, dans l'estimation en cause, d'une valeur appréciée par le sujet lui-même, indépendamment du jugement d'autrui, qui peut être différent.
- L'un des problèmes impliqués concerne la permanence ou la durée de ce que nous estimons « bon » : comment garantir qu'il ne peut, à moyen terme, devenir mauvais ?C'est par une ignorance du bien réel que les hommes souhaitent pouvoir être injustes. Parce que nous confondons le bien apparent (le plaisir, la satisfaction immédiate des désirs les plus déréglés) avec le bien réel, la santé de l'âme. Nous croyons vouloir commettre l'injustice, alors que c'est impossible, que « nul n'est méchant volontairement », parce que nous voulons. Etre injuste est faire son malheur en croyant se faire plaisir. L'antagonisme entre le point de vue habituel et la position de Socrate est magnifiquement exposé par le débat entre Calliclès et Socrate, dans le

en relation

  • Que désirons nous ?
    1883 mots | 8 pages
  • Que désirons nous
    1692 mots | 7 pages
  • Savons nous réellement ce que nous désirons
    894 mots | 4 pages
  • Si nous desirons ere
    6928 mots | 28 pages
  • Ne désirons nous que les choses que nous estimons bonnes ?
    343 mots | 2 pages
  • “Ne désirons-nous que les choses qui nous semblent bonnes ?”
    3292 mots | 14 pages
  • Ne désirons nous que les choses qui nous semblent bonnes?
    1049 mots | 5 pages
  • Ne désirons nous que les choses qui nous semblent bonnes ?
    969 mots | 4 pages
  • Ne désirons nous que les choses que nous estimons bonnes?
    813 mots | 4 pages
  • Ne désirons nous que les choses qui nous semblent bonne?
    1176 mots | 5 pages