Nicolas II, l'échec d'un souverain

Pages: 20 (4999 mots) Publié le: 10 juillet 2014
Nicolas II : l’échec d’un souverain

Introduction

Alexandre III meurt le 20 octobre 1894. Il a eu pour enfants : Nicolas, né le 18 mai 1868 à Tsarskoïe Selo – Alexandre – Georges – Xénia – Michel – Olga. Son règne a entrainé un état autocrate et nationaliste dans sa politique extérieure. Il mène principalement des relations diplomatiques avec la France.
Lors du règne de son prédécesseur,il y a eu une expansion de 4 000km² de la Russie au niveau de l’Asie. L’agriculture et l’industrie se sont développées et ont permis d’accéder au capitalisme : la Russie devient un état protectionniste qui essaye d’attirer des capitaux étrangers grâce à la politique de son ministre de Witte.
La Russie est donc sur le point de confirmer son entrée dans le capitalisme international, entrainant uneévolution de la société sur le plan social, économique et politique. Nicolas II devient un espoir de réformes pour le peuple, il accède au pouvoir le 1er novembre 1894. Quels sont les événements qui ont menés au déclin du tsarisme en Russie entre 1894 et 1915 ? Le jeune tsar n’était pas disposé à savoir régner, c’est par le destin tragique de son père que Nicolas II accède au pouvoir, tout aulong de son règne, il connaitra des périodes d’instabilité qui mèneront à de violentes répressions, et c’est ainsi qu’une rupture définitive va se créer entre le souverain et son peuple.

I. Un accès au pouvoir forcé
a) Ecarté par un père dictateur
Alexandre III n’était pas appelé à régner. En effet, il avait un frère ainé Nicolas qui était le tsarévitch. Cependant Nicolas meurt en avril 1865 àNice d’une méningite. Alexandre III a vécu les vingt premières années de sa vie dans une totale méconnaissance de la politique de la Russie. Il a cependant été contre la politique de son père qu’il jugeait trop libérale. Lorsqu’il arrive au pouvoir le 14 mars 1881, il supprime tous les droits accordés par son père Alexandre II. Après son mariage avec Dagmar de Danemark – dit Maria Fedorovna – etla naissance de ses six enfants, il appliqua la méthode de son père : il éloigna son fils ainé du pouvoir comme il l’avait été. Il confie au tsarévitch Nicolas des missions diplomatiques qui ont pour but à la fois de lui faire connaitre le monde mais aussi de l’éloigner de la cour. Il l’envoie poser la première pierre du transsibérien lors d’un voyage qui le mènera jusqu’au Japon. Ce voyage setermina au Japon où le tsarévitch reçu un coup de sabre sur la tête (deux versions s’affrontent : selon la famille impériale il s’agirait d’un attentat mais selon les amis qui accompagnaient le tsarévitch, le coup viendrai d’un mari jaloux suite à un regard appuyé de Nicolas à sa femme). Il est important de noter qu’Alexandre III voit dans le futur Nicolas II qu’un enfant. L’exemple le plusfrappant est la discussion entre Alexandre III et son ministre de Witte qui souhaitait nommer le tsarévitch président du comité pour le Transsibérien. Alexandre II lui demanda alors s’il avait déjà eu une entrevue avec le tsarévitch, à quoi de Witte répondit par la négative. Alexandre eu alors les mots suivants : « Mais c’est tout à fait un enfant ; il n’a que des jugements puérils ; commentpourrait-il être président de ce Comité ? ». Certes Alexandre III forme son fils à la diplomatie en lui faisant rencontrer des ministres étrangers (Suède et Japon) cependant il favorise son penchant pour les arts tout en le laissant se consacrer à son passe temps favori, la chasse.
Nicolas II aime la chasse et en particulier avec le prince de Hesse dans la forêt de Beloveskaja Pussca où Alexandre avaitfait construire un château. Il y était poussé par son père qui avait établie la règle qu’aucune personne de la famille impériale ne devait parler de politique mais que les discussions autours des loisirs étaient autorisées. Par sa mère Maria Fedorovna, Nicolas II obtint le goût pour les arts et en particulier pour les opéras et les ballets. Il aura d’ailleurs une romance avec la danseuse Mathilde...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La satire ii et le chant iii de nicolas boileau-despréaux
  • Commentaire d'un passage de nicolas grimaldi traité sur la sollitude
  • Analyse d'un extrait du chant iii de nicolas boileau
  • L'echec de la iv° république. milza, berstein, tome ii, chapitre 18
  • Commentaire d’un extrait du chapitre ii de la rhétorique d’aristote
  • Exercice ii. bobine d’un woofer (5,5 points)
  • Comment une société peut-elle légitimement rattrapé l'échec de la socialisation primaire d'un individu ?
  • Souverain

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !