Nietzsche

287 mots 2 pages
I
LA conscience pour Nietsche est un reseau de communication comme l'indique a la premiere ligne. Selon lui, c'est le seul fondement de pourquoi s'est developper la conscience, il dit que la conscience a ete forcee de se developper l2. c'esst pourquoi il continue a dire que l'homme etant seul, vivant comme un animal "bete en proie" n'avait pas besoin de la conscience car il n'avait pas besoin de se communiquer avec personne. II
Dans cette partie il commence a dire que si l'homme a des pensees, des sentiments, des actions qui surgissent dans la conscience c'est parce que l'homme avait besoin de sentir. de penser, il dit meme que c'est un terrible necesite qui avait l'homme. Quand il dit le plus menace des animaux il compare l'homme avec l'animal et la difference qu'il a entre ces deux.lhomme a conscience tandis que l'animal non. dans les lignes qui suivent, nietxhe qualifie cette conscience comme un "besoin" mot repete trois fois ce qui veut dire que l'homme ne pourrait pas vivre sans sa conscience. De plus, il avait besoin de protection, de secours, de son semblable mais pour cela il fallait qu''il eut une conscience et ensuite il pouvait se qualifier comme s'il avait quelque chose qui lui differencie des autres animaux, il allait etre plus intelligible. De plus on peut dire que il met le mot conscience et sut en guillemets car conscience c'est comme l'homme appelle cette communication et sut car pour nietsche la conscience ce n'est pas un savoir certain donc il ne donne pas d'importance. III
Niexts dit que tous les creatures pensent, par consequent lhomme pense aussi et selon lui il pense constamment mail il ne le sait pas. de tout

en relation

  • Nietzsche
    1970 mots | 8 pages
  • Nietzsche
    3531 mots | 15 pages
  • Nietzsche
    1099 mots | 5 pages
  • Nietzsche
    1186 mots | 5 pages
  • Nietzsche
    8578 mots | 35 pages
  • Nietzsche
    513 mots | 3 pages
  • Nietzsche
    1761 mots | 8 pages
  • Nietzsche
    26512 mots | 107 pages
  • Nietzsche
    8438 mots | 34 pages
  • Nietzsche
    1558 mots | 7 pages