nouvelles maupassant

Pages: 28 (6853 mots) Publié le: 1 janvier 2015

PREMIÈRE NEIGE
    La longue promenade de la Croisette s'arrondit au bord de l'eau bleue. Là-bas, à droite, l'Esterel s'avance au loin dans la mer. Il barre la vue, fermant l'horizon par le joli décor méridional de ses sommets pointus, nombreux et bizarres. 
    A gauche, les îles Sainte-Marguerite et Saint-Honorat, couchées dans l'eau, montrent leur dos couvert de sapins. 
    Et tout lelong du large golfe, tout le long des grandes montagnes assises autour de Cannes, le peuple blanc des villas semble endormi dans le soleil. On les voit au loin, les maisons claires, semées du haut en bas des monts, tachant de points de neige la verdure sombre. 
    Les plus proches de l'eau ouvrent leurs grilles sur la vaste promenade que viennent baigner les flots tranquilles. Il fait bon, ilfait doux. C'est un tiède jour d'hiver où passe à peine un frisson de fraîcheur. Par-dessus les murs des jardins, on aperçoit les orangers et les citronniers pleins de fruits d'or. Des dames vont à pas lents sur le sable de l'avenue, suivies d'enfants qui roulent des cerceaux, ou causant avec des messieurs. 

    Une jeune dame vient de sortir de sa petite et coquette maison dont la porte est surla Croisette. Elle s'arrête un instant à regarder les promeneurs, sourit et gagne, dans une allure accablée, un banc vide en face de la mer. Fatiguée d'avoir fait vingt pas, elle s'assied en haletant. Son pâle visage semble celui d'une morte. Elle tousse et porte à ses lèvres ses doigts transparents comme pour arrêter ces secousses qui l'épuisent. 
    Elle regarde le ciel plein de soleil etd'hirondelles, les sommets capricieux de l'Esterel là-bas, et, tout près, la mer si bleue, si tranquille, si belle. 
    Elle sourit encore, et murmure : 
    "Oh ! que je suis heureuse." 
    Elle sait pourtant qu'elle va mourir, qu'elle ne verra point le printemps, que, dans un an, le long de la même promenade, ces mêmes gens qui passent devant elle viendront encore respirer l'air tiède de ce douxpays, avec leurs enfants un peu plus grands, avec le coeur toujours rempli d'espoirs, de tendresses, de bonheur, tandis qu'au fond d'un cercueil de chêne la pauvre chair qui lui reste encore aujourd'hui sera tombée en pourriture, laissant seulement ses os couchés dans la robe de soie qu'elle a choisie pour linceul. 



    Elle ne sera plus. Toutes les choses de la vie continueront pourd'autres. Ce sera fini pour elle, pour toujours. Elle ne sera plus. Elle sourit, et respire tant qu'elle peut, de ses poumons malades, les souffles parfumés des jardins. 
    Et elle songe. 
 Elle se souvient. On l'a mariée, voici quatre ans, avec un gentilhomme normand.
C'était un fort garçon barbu, coloré, large d'épaules, d'esprit court et de joyeuse humeur. 
    On les accoupla pour desraisons de fortune qu'elle ne connut point. Elle aurait volontiers dit "non". Elle fit "oui" d'un mouvement de tête, pour ne point contrarier père et mère. Elle était Parisienne, gale, heureuse de vivre. 
    Son mari l'emmena en son château normand. C'était un vaste bâtiment de pierre entouré de grands arbres très vieux. Un haut massif de sapins arrêtait le regard en face. Sur la droite, une trouéedonnait vue sur la plaine qui s'étalait, toute nue, jusqu'aux fermes lointaines. Un chemin de traverse passait devant la barrière et conduisait à la grand-route éloignée de trois kilomètres. 
    Oh ! elle se rappelle tout : son arrivée, sa première journée en sa nouvelle demeure, et sa vie isolée ensuite. 
    Quand elle descendit de voiture, elle regarda le vieux bâtiment et déclara en riant :     "Ça n'est pas gai !" 
    Son mari se mit à rire à son tour et répondit : 
    "Baste ! on s'y fait. Tu verras. Je ne m'y ennuie jamais, moi." 
    Ce jour-là, ils passèrent le temps à s'embrasser, et elle ne le trouva pas trop long. Le lendemain ils recommencèrent et toute la semaine, vraiment, fut mangée par les caresses. 
    Puis elle s'occupa d'organiser son intérieur. Cela dura...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • les nouvelles de maupassant
  • Nouvels maupassant
  • Nouvelle Maupassant
  • Nouvelle à la manière de maupassant
  • Oral de français, nouvelle de maupassant
  • Guy de maupassant la nouvelle "aux champs"
  • Contes et nouvelle de maupassant
  • une vie Maupassant(version nouvelle)

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !