Nuits et brouillard

309 mots 2 pages
Les dirigeants nazis considéraient que les résistants des pays qui avaient signé un armistice avec l'Allemagne[1], ou capitulé, n'étaient pas protégés par les Conventions de La Haye (Première conférence de La Haye en 1899 et Seconde conférence de La Haye en 1907), qui, rappelons-le, définissaient des devoirs non seulement envers les membres des armées nationales, mais envers tous les belligérants qui portaient les armes ouvertement et respectaient eux-mêmes les lois et coutumes de la guerre[2].

Les résistants ont leur point de vue : l'armistice n'est pas la paix, leur pays est toujours en guerre contre l'Allemagne ; en France, l'occupant a, dès le départ, violé les accords de Rethondes par la création de la zone interdite et le rattachement au Reich de l'Alsace et de la Moselle. Les nazis ont cherché une base légale de justification de mauvais procédés qui auraient été pratiqués de toute façon.[réf. souhaitée]

Le 7 décembre 1941, le chef des SS Heinrich Himmler fait parvenir ces instructions à la Gestapo :

« Après mûre réflexion, la volonté du Führer est de modifier les mesures à l'encontre de ceux qui se sont rendus coupables de délits contre le Reich ou contre les forces allemandes dans les zones occupées. Notre Führer est d'avis qu'une condamnation au pénitencier ou aux travaux forcés à vie envoie un message de faiblesse. La seule force de dissuasion possible est soit la peine de mort, soit une mesure qui laissera la famille et le reste de la population dans l'incertitude quant au sort réservé au criminel. La déportation vers l'Allemagne remplira cette fonction.[3] »

Le maréchal Wilhelm Keitel publie une lettre qui dit explicitement :

« A. Les prisonniers disparaîtront sans laisser de trace B. Aucune information ne sera donnée sur leur lieu de détention ou sur leur sort.[3]

en relation

  • Nuits et Brouillard
    1375 mots | 6 pages
  • Nuits et brouillard jean ferrat
    530 mots | 3 pages
  • Ferrat
    1530 mots | 7 pages
  • La grasse matinée
    1448 mots | 6 pages
  • nuit et brouillarde
    483 mots | 2 pages
  • Jean ferrat
    352 mots | 2 pages
  • Inventer une redaction avec personnage imaginaire
    370 mots | 2 pages
  • Texte c - jacques prévert, "la grasse matinée", paroles, 1945.
    350 mots | 2 pages
  • Nuit et brouillard Jean FERRAT
    1254 mots | 6 pages
  • La grasse matinee
    351 mots | 2 pages