obsession commentaire

951 mots 4 pages
I. L'angoisse de la mort

L'angoisse de la mort est exprimée dans le premier quatrain. C'est un quatrain en alexandrins avec des rimes embrassées et les césures à l'hémistiche.

1. Le bois, figure de l'obsession effrayante
Superlatif devant le mot bois (« Grands ») : dès le départ, le poète est écrasé par la nature.
Personnification des bois : Baudelaire emploie « vous » pour s'adresser aux bois.
Comparaison avec un lieu religieux, la cathédrale, toutefois cette dernière ne témoigne d'aucune religiosité. Cathédrale = lieu sombre, froid.
Comparaison dans les six premiers pieds avant l'hémistiche du vers 2 : « vous hurlez comme l'orgue ». De nouveau, personnification des bois qui hurlent. Hurlement : vent qui traverse les grands bois lors des tempêtes. Les troncs des arbres sont comme les tubes de l'orgue.
La première obsession est donc la peur ressentie par le poète face à la grandeur de la nature.

2. La figure du poète maudit
« Nos cœurs maudits » vers 2 : « Nos » permet la généralisation de la vision de l'auteur au lecteur qui doit donc se sentir également concerné par le sens du poème. Baudelaire évoque donc un état qui a une portée générale.
« Chambres d'éternels deuils » -> référence à la cathédrale (crypte où sont enterrés les morts). La césure à l'hémistiche permet de marquer la musicalité du vers et de donner du rythme au poème.
« où vibrent de vieux râles » : comme si les morts étaient toujours vivants. Allitération en [r] qui donne l'impression d'un râle.
Le vers 4 montre le paroxysme de l'angoisse du poète. « de profundis » = des profondeurs.
« Répondent les échos » -> la forêt, la cathédrale, la crypte : tous ces éléments semblent avoir une voix qui parle au poète et l'angoisse.
=> Image du poète maudit dont l'esprit est tourmenté par l'idée de la mort.

II. Un poète victime d'une angoisse désespérée amplifiée par la nature

1. L'océan : seconde image obsessionnelle empruntée à la nature
Le début du second quatrain (« Je te

en relation

  • Victor hugo, les contemplations
    1432 mots | 6 pages
  • Commentaire
    641 mots | 3 pages
  • La conclusion
    453 mots | 2 pages
  • Charles baudelaire
    3372 mots | 14 pages
  • Chant d'automne
    904 mots | 4 pages
  • «Je disais l'autre jour ma peine et ma tristesse...» pierre de marbeuf
    974 mots | 4 pages
  • Lecture analytique acte iii, scène 2 les mouches
    820 mots | 4 pages
  • francais
    491 mots | 2 pages
  • Les poètes maudits
    368 mots | 2 pages
  • Les colchiques apollinaire
    374 mots | 2 pages