On purge bébé

Pages: 502 (125379 mots) Publié le: 23 mars 2011
-1-

STEPHENIE MEYER

FASCINATION
Traduit de l’anglais (état-unis) par Luc Rigoureau

Hachette
© Hachette Livre 2005. 43, quai de Grenelle, 75015 Paris. 978-2-012-01970-6

-2-

Pour ma sœur aînée, Émily, sans l’enthousiasme de laquelle cette histoire n’aurait jamais été terminée. Mais de l’arbre de la connaissance du bien et du mal tu ne mangeras pas, Car le jour où tu en mangeras,tu en mourras. Genèse, 2,17.

L’édition originale de cette œuvre a paru sous le titre original de : TWILIGHT, aux éditions Little, Brown and Company (Inc.), New York, New York, USA. Tous droits réservés.

-3-

Prologue

Je n’ai jamais beaucoup réfléchi à la manière dont je mourrais – même si, ces derniers mois, j’aurais eu toutes les raisons de le faire – mais je n’aurais pas imaginé queça se passerait ainsi. Haletante, je fixai les yeux noirs du prédateur, à l’autre bout de la longue pièce. Il me rendit mon regard avec affabilité. C’était sûrement une bonne façon d’en terminer. À la place d’un autre, d’un que j’aimais. Noble, pourrait-on dire. Ça devrait compter en ma faveur. Si je n’étais pas partie pour Forks, je ne me serais pas retrouvée dans cette situation, j’en avaisconscience. Pourtant, aussi terrifiée que je fusse, je n’arrivais pas à regretter ma décision. Quand la vie vous a fait don d’un rêve qui a dépassé toutes vos espérances, il serait déraisonnable de pleurer sur sa fin. Ce fut avec un sourire aimable et tranquille que le chasseur s’approcha pour me tuer.

-4-

1 PREMIÈRE RENCONTRE

Ma mère me conduisit à l’aéroport toutes fenêtres ouvertes. Latempérature, à Phœnix, frôlait les vingt et un degrés, le ciel était d’un bleu éclatant. En guise d’adieux, je portais ma chemise préférée, la blanche sans manches, aux boutonnières rehaussées de dentelle. J’avais mon coupe-vent pour seul bagage à main. Il existe, dans la péninsule d’Olympic, au nord-ouest de l’État de Washington, une bourgade insignifiante appelée Forks où la couverture nuageuse estquasi constante. Il y pleut plus que partout ailleurs aux États-Unis. C’est cette ville et son climat éternellement lugubre que ma mère avait fuis en emportant le nourrisson que j’étais alors. C’est là que j’avais dû me rendre, un mois tous les étés, jusqu’à mes quatorze ans, âge auquel j’avais enfin osé protester. Ces trois dernières années, mon père, Charlie, avait accepté de substituer à messéjours obligatoires chez lui quinze jours de vacances avec moi en Californie. Et c’était vers Forks que je m’exilais à présent – un acte qui m’horrifiait. Je détestais Forks. J’adorais Phœnix. J’adorais le soleil et la chaleur suffocante. J’adorais le dynamisme de la ville immense. — Rien ne t’y oblige, Bella, me répéta ma mère pour la énième fois avant que je grimpe dans l’avion. Ma mère meressemble, si ce n’est qu’elle a les cheveux courts et le visage ridé à force de rire. Je scrutai ses grands yeux enfantins, et une bouffée de panique me submergea. Comment ma mère aimante, imprévisible et écervelée allait-elle se -5-

débrouiller sans moi ? Certes, elle avait Phil, désormais. Les factures seraient sans doute payées, le réfrigérateur et le réservoir de la voiture remplis, et elleaurait quelqu’un à qui téléphoner quand elle se perdrait. Pourtant... — J’en ai envie, répondis-je. J’ai beau n’avoir jamais su mentir, j’avais répété ce boniment avec une telle régularité depuis quelques semaines qu’il eut l’air presque convaincant. — Salue Charlie de ma part. — Je n’y manquerai pas. — On se voit bientôt, insista-t-elle. La maison te reste ouverte. Je reviendrai dès que tu aurasbesoin de moi. Son regard trahissait cependant le sacrifice que cette promesse représentait. — Ne t’inquiète pas. Ça va être génial. Je t’aime, maman. Elle me serra fort pendant une bonne minute, je montai dans l’avion, elle s’en alla. Entre Phœnix et Seattle, le vol dure quatre heures, auxquelles s’en ajoute une dans un petit coucou jusqu’à Port Angeles, puis une jusqu’à Forks, en auto. Autant...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • On purge bébé
  • On purge bébé
  • On purge bébé
  • On purge bébé
  • On purge bébé
  • On purge bébé
  • On purge bébé
  • On purge bébé

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !