ooppp

676 mots 3 pages
BLAISE PASCAL, Les pensées, « Disproportion de l’homme » (L’infiniment grand), 1669

. Idée générale :

.L’extrait « Disproportion de l’homme » des pensées, œuvre de Pascal, mathématicien du XVIIe siècle, inventeur de la calculatrice, adopte les différentes révolutions scientifiques (révolutions copernicienne +découvertes de Galilée) en se consacrant a la réflexion philosophique et religieuse.

.Ce texte fait partie du genre des pensées, car il s’agit d’une argumentation directe (méditation et réflexions), il s’agit aussi d’une écriture de fragment car il est court et chaque pensée est un texte bref et numéroté.

.Etude linéaire :

l1 aL3 : Nouveau regard de l’homme (regard vers le soleil)

. Présence des injonctions « que l’homme contemple » et « qu’il s’éloigne », « qu’il regarde », qui illustre de Pascal a l’homme à élever son regard, il lui demande aussi de quitter sa vision terrestre pour orienter son regard vers le soleil.

.Utilisation des périphrases « éclatent lumière » et « lampes éternelles » qui reflètent un thème de la contemplation vers le haut et de l’élévation du regard. L3 a l6 : l’étonnement de l’homme :

. Emploi des comparaisons « la terre n’est qu’un grain de sable par rapport au soleil », « le soleil n’est qu’un grain de poussière par rapport a l’univers », qui représentent une idée de la relativité mutuelle des grandeurs qui engendre a un sentiment d’effroi, de peur et d ‘épouvante.

L6 a l8 :l’incapacité de représenter l’immensité de l’univers :

. Présence des conjonctions de coordination « Mais », marquant l’opposition, reflètent une rupture qui marque l’abandon de la métaphore
Visuelle « Si notre vue s’arrête la » qui se conclut par l’abandon de l’organe de la vue.

. Le verbe au futur a valeur d’anticipation :« Elle se lassera plutôt de concevoir, que la nature de fournir » illustre l’affirmation de l’auteur qui est celle de l’échec de

en relation