Operations discursives

357 mots 2 pages
Les opérations discursivesDans les opérations langagières, des formes linguistiques récurrentes semblent caractéristiques de certains domaines et on peut ainsi élaborer des schémas types qu'on appelle “topoï discursif”.1. Le discours interactifCe discours est caractérisé par les marques linguistiques de l'implication de l'émetteur et par les inter-relations entre émetteur/récepteur, locuteur/destinataire.On trouve ce discours dans tout ce qui est d'ordre pédagogique et dans les argumentaires publicitaires.Les éléments indispensables à ce discours sont :L'emploi des pronoms personnels (de l'ordre de la subjectivité ; je, tu) et impersonnels qui contiennent des informations qui ne sont pas vérifiées).Les modalités appréciatives : la plus courante est l'emphase ou le présentatif, voir même la généralisation.EX : Quand on commence par “c'est” (emphase) OU “tout le monde sait que” (généralisation).Les modalités logiques : elles font croire que le discours est argumenté, scientifique, a des modalités logiques ne sont là que pour donner un effort rhétorique.L'objectif global de ce discours interactif est de convaincre, voire persuader : il est basé sur des postulats “non vérifiés” et il fait appel à la psychologie du destinataire. Il a presque une valeur prescriptive.(EX: publicités pour Actimel ou produits de beauté)2. Le discours expositifIl est caractérisé par :l'effacement des énonciateurs (donc aucune subjectivité)On emploie des tournures impersonnellesOn utilise le procédé de la nominalisation qui donne un aspect scientifique au propos.EX: au lieu de dire le cuivre s'oxyde au contact de l'eau, on dit qu'il y a oxydation du cuivre au contact de l'eau)L'utilisation de vraies modalités logiques qui renvoient toujours à une certitude.EX: dans l'état actuel des recherches … → il n'y a pas de sentiments)L'utilisation du présent à valeur temporelle, autrement dit présent de vérité générale qu'on appelle aussi présent gnomique ou présent déontique.(EX: la Terre tourne

en relation

  • Analyse semiotique
    4284 mots | 18 pages
  • La description
    6693 mots | 27 pages
  • Penser est-ce calculer
    3437 mots | 14 pages
  • L'absurdité
    3442 mots | 14 pages
  • Penser est - ce calculer ?
    2724 mots | 11 pages
  • Analyse sémiotique
    754 mots | 4 pages
  • Synthèse de la logique naturelle selon grize
    1167 mots | 5 pages
  • etudier.com
    1988 mots | 8 pages
  • Plans d'organisation syntaxique
    5346 mots | 22 pages
  • l'enseignement de l'orale
    6192 mots | 25 pages