Pas de titre

Pages: 2 (257 mots) Publié le: 28 novembre 2012
satisfaction des besoins corporels : « il soupa », « il mangea », «il but », «il dormit », voilà à quoi se résume l’activité du faux dévot. A travers ces actions, il estdécrit comme fainéant. Le champ lexical abondant du plaisir et de la volupté (« gigot », « but quatre grand coup de vin», « mangea deux perdrix »), mais également celuide la quantité nous démontre clairement la caricature d’un libertin, qui ne se préoccupe que de sa propre personne. Toutes ces activités : la paresse, la gourmandise,l’égoïsme sont considérées comme péchés capitaux. Dorine joue subtilement de l’antithèse et du parallélisme, ainsi les maux d’Elmire sont opposés au bien-être de Tartuffe.C’est alors que la maladie s’oppose à la santé, l’insomnie au sommeil, le sang au vin ; cet effet nous dévoile l’égoïsme du personnage de Tartuffe.

Enfin,un certain décalage se dessine entre le but et le moyen : pour fortifier l’âme d’Elmire et « réparer le sang » qu’elle avait perdu, Tartuffe « but quatre grand coup devin ». Cet effet de décalage renforce le grotesque et l’hypocrisie du personnage.

L’utilisation de l’adverbe dans la réplique : «fort dévotement il mangea deux perdrix» est ironique. Dorine veut faire entendre le contraire de ce qu’elle dit, c’est ce qu’on appelle l’antiphrase. L’expression la plus juste, serait dans ce cas«avidement». En réalité ce qu’il adore ce n’est pas dieu mais les deux perdrix.



I) conclusion :



Molière, dans cette scène dénonce les motivations réelles del’imposteur et l’aveuglement total d’Orgon. Le portrait de tartuffe par Dorine est très satirique : Molière y peint avec ironie et férocité la dévotion qu’util...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Sans Titre
  • Pas de titre
  • Titre
  • TITRE
  • titre
  • titre
  • Titre
  • Titre

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !