Pascal, pensées

Pages: 14 (3336 mots) Publié le: 1 novembre 2013
L'œuvre de Pascal a suscité de nombreuses polémiques et controverses, depuis sa publication jusqu'à nos jours; elle nous interroge, elle nous interpelle, et nous rappelle à notre condition, celle de la sujétion. C'est dire si elle demeure toujours actuelle et combien elle secoue notre quiétude, si elle dérange notre mansuétude et ébranle nos certitudes. Pascal nous condamne à l'infortune de nospataugements assimilant la portée de nos sciences à celle de la vision d'une grenouille au fond d'un puits.

Pascal, cet entomologiste de l'âme humaine, ne laisse pas indifférent, car il nous conduit sur les rives glissantes d'une réflexion jamais interrompue sur le sens de notre vie, de la mort, nous confrontant par un mouvement pendulaire incessant au destin de notre existence. Une existencetoute provisoire, et par conséquent dérisoire.



Cette conscience de l'homme l'obsède. Comme une angoisse dont les Pensées restituent la tonalité plaintive. André Gide ne se montre pas insensible à ces accents langoureux de l'œuvre pascalienne : « Qu'il gémisse, cela va bien ; ses gémissements sont fort beaux ». Les Pensées sont un cri déchirant, plus qu'une complainte maladive, un appelretentissant, un rappel... Gide refuse cependant de se mettre au diapason de ce lamento : « mais qu'il nous veuille forcer à gémir ; qu'il aille jusqu'à écrire : Je ne puis approuver que ceux qui cherchent en gémissant - n'y a-t-il pas de quoi s'écrier qu'on n'approuve que ceux qui trouvent ; qui trouvent avec des cris de joie. »



Gide face à Pascal. Ces deux pensées s'inscrivent dans dessystèmes de représentation du vivant, mettant en jeu l'homme et sa nature, soulevant l'enjeu de la destinée humaine...



Que nous enseigne Pascal ?

La conscience de l'homme, c'est-à-dire la conscience de ses propres limites, l'étrangle dans sa finitude : la connaissance du monde le martyrise, l'ébranle. Certes, par la connaissance, l'homme s'élève, mais cette élévation le conduit auvertige. Vertige que l'on pourrait définir comme l'égarement d'un esprit tourmenté par le tourbillonnement de ses contradictions.

L'homme pâture dans un coin de l'univers, égaré dans un « canton détourné de la nature », toujours « éloigné de comprendre les extrêmes ». L'homme vit un « désespoir éternel », cherchant à se transporter vers l'au-delà de son horizon intelligible, et piétinant cequ'il lui est encore moins visible, mais qui cependant l'entoure de toutes parts. Il cherche désespérément un sens à sa vie, une vie marquée par le drame perpétuel de l'impuissance et du désenchantement, par la tragédie universelle d'une condition misérable, mais non point méprisable : « Connaissons donc notre portée ; nous sommes quelque chose, et ne sommes pas tout » (Fragment 72 – section II –édition de Léon Brunschvig). Ce qui est méprisable, d'après lui, c'est la vanité : vanité de la science, de la philosophie, de la logique, vanité qui surgit du cœur de l'homme. Pascal dénonce la vanité des sciences et des philosophies qui se complaisent dans la jactance : « Curiosité n'est que vanité. Le plus souvent on ne veut savoir que pour en parler » (Fragment 152 – Section II). Cette vaniténous est agréable, nous nous contentons à bon compte d'une fausse renommée, d'une « fausse perpétuité de nom » (fragment 153).

L'homme aime se flatter : «S'il se vante, je l'abaisse [...] Je blâme également, et ceux qui prennent parti de louer l'homme, et ceux qui le prennent de le blâmer, et ceux qui le prennent de se divertir; et je ne puis approuver que ceux qui cherchent en gémissant »(Fragments 420 et 421 - Section VI). Cette conception de l'homme, ou plutôt cette condamnation sans appel de l'homme, participe d'une vision religieuse. Elle prend corps dans une entreprise que résume très bien le titre destiné au recueil des Pensées : « Apologie pour la vérité de la Religion Chrétienne ». L'homme est un « être déchu d'une meilleure nature qui lui était propre autrefois », un «...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Pensées pascal
  • Pascal les pensées
  • pascal , pensee
  • Les pensées de pascal
  • Pascal les pensées
  • Les pensées de pascale
  • Pascal pensées
  • pascal pense

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !