Pensée et langage

5885 mots 24 pages
Compte rendu
« La traductologie dans les pays germanophones : état actuel (1996) de la recherche » Nadja Grbić et Michaela Wolf
TTR : traduction, terminologie, rédaction, vol. 9, n° 1, 1996, p. 279-299.

Pour citer ce compte rendu, utiliser l'adresse suivante : http://id.erudit.org/iderudit/037248ar Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir.

Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html

Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à
Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : erudit@umontreal.ca

Document téléchargé le 16 April 2012 01:51

La traductologie dans les pays germanophones: état actuel (1996) de la recherche1
Nadja Grbic et Michaela Wolf
Dans les pays germanophones, la traductologie des années 80 se caractérise par une remise en question des modèles théoriques traditionnels. Les positions nouvelles exigent un réexamen général ainsi qu'un élargissement du concept de traduction en introduisant des paramètres tels que « scopos » (Reiß/Vermeer, 1984), « action » (Holz-Mänttäri, 1984) et « culture » (Vermeer, 1990). Ces trois points forts du débat traductologique entraînent par voie de conséquence une critique du concept d'équivalence, celui-ci se voyant ou bien catégoriquement refusé, ou bien fortement relativisé. Dans les publications récentes on subsumerait ce changement de cap par des concepts comme « orientation nouvelle » (Snell-Hornby, 1986), « cultural turn » (Bassnett/Lefevere, 1990) ou «

en relation

  • 44348ac
    3344 mots | 14 pages
  • Les enjeux de l'analyse conversationnelle
    9560 mots | 39 pages
  • Analyse textuelle
    8122 mots | 33 pages
  • Texte
    2208 mots | 9 pages
  • Lecture, écriture et communication orale  : l’exemple du résumé de texte
    6186 mots | 25 pages
  • Agaguk
    3577 mots | 15 pages
  • Lingustique
    2326 mots | 10 pages
  • Analyse de roman de la momie
    2578 mots | 11 pages
  • Personnages de Beckett
    7130 mots | 29 pages
  • Jeu et education
    6592 mots | 27 pages