Pensez-vous que l'on puisse traiter de sujets graves et sérieux sur le mode plaisant ou humoristique ?

Pages: 5 (1063 mots) Publié le: 2 février 2011
Sujet :

Pensez-vous que l’on puisse traiter de sujets graves et sérieux sur le mode plaisant ou humoristique ? Vous appuierez votre réponse sur des exemples de votre choix ou empruntés à d’autres formes d’art, y compris le cinéma.

Introduction

Il faut parfois savoir pour prendre du recul vis-à-vis des choses, en rire de manière à les relativiser. On peut ainsi évaluer les choses lesplus pénibles sur un mode plus plaisant voire sur un mode humoristique. On peut à cet égard citer des auteurs comme Molière ou Raymond Devos qui affirmaient ne pas parler de choses graves sur le mode sérieux. Cela peut-il s’appliquer à tous les sujets ? Pouvons-nous traiter de sujets graves et sérieux sur le mode plaisant ou humoristique ? Faut-il instruire en plaisant ainsi que le conseillaientMolière et La fontaine, n’y a-t-il pas certaines limites au rire ?

I – Appréhender les choses sérieuses sur le mode plaisant

Relativiser les choses permet à l’homme de les accepter avec plus de philosophie, mais dans quelles limites peut-il toujours adopter cette attitude de détachement relatif vis-à-vis des choses pénibles qui font le plus souvent son quotidien ? Par rapport aux questionsexistentielles comme la mort, la maladie, la destinée humaine, sujets que l’on peut qualifier de sérieux, l’être humain a-t-il sans cesse le potentiel et le ressort suffisant pour prendre du recul relativement à ses interrogations sur sa condition de mortel ? Les thèmes que l’on pourrait qualifier de sérieux ont sans cesse intéressé les auteurs comme La Fontaine par exemple qui évoque la mort, lepouvoir, le malheur en respectant toujours les deux fonctions de l’apologue, à savoir, plaire et instruire car une morale nue nous dit il nous apporte de l’ennui. On retrouve cet état d’esprit chez Molière dans ses comédies. Il semblerait donc que l’humour permette aux écrivains de gérer les grandes interrogations de l’humanité et que le lecteur recherche lui-même à s’évader des considérationsennuyeuses sur ce qui le concerne. L’humour est un art de la séduction bien agréable, qui plait au lecteur mais qui ne l’empêche pas pour autant de ne pas prendre en compte et en considération les points essentiels de sa destinée comme l’amour, la mort etc. le rire et l’humour détendent et nous rendent plus réceptifs, on pourrait presque parler de l’effet cathartique de ses deux modes d’appréhension,voire de thérapie par le rire. Nous pourrions en outre citer Voltaire qui par le biais de ses contes philosophiques parvient à toucher les grandes questions fondamentales du 18ème siècle, comme la dénonciation de l’intolérance religieuse, la tyrannie, l’esclavage, la guerre en mettant les procédés stylistiques de l’antiphrase en avant de manière à faire valoir l’ironie. On en retrouve un nombreconsidérable dans Candide. Ainsi celui qui rit est plus ouvert et prêt à accepter les choses qu’il n’accepterait peut être pas sur le ton plus sérieux. C’est pourquoi Molière préfère les peintures plaisantes des défauts des hommes en les amplifiant, en les caricaturant.

Ainsi l’humour rend plus réceptif aux sujets sérieux, mais n’a-t-il pour autant que ce pouvoir libérateur, cathartique ? Ilpermettrait de relativiser les questions tragiques, dramatiques touchant à la condition humaine, mais ne devons-nous pas reconnaitre qu’il peut aussi provoquer attaque et soumettre ses cibles.



II – ne faut-il pas admettre les limites de l’humour ? Peut- on rire de tout ?

L’homme peut-il s’improviser philosophe en faisant valoir le rire et l’humour sur les sujets les plus graves tout en gardantsa lucidité et sa conscience des choses, cela peut-il suffire à relativiser les questions graves, à les dédramatiser ou nous faut il admettre des limites au rire et à l’humour ? Comment pouvons-nous concilier la gravité de notre condition et les moyens de la supporter, comment gérer l’absurde de ce monde ? L’humour peut-il se permettre de choquer ? Peut-on plaisanter sur le sujet des camps de...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Pensez-vous que l'on puisse traiter de sujets graves ou sérieux sur le mode plaisant ou humoristique?
  • Pensez vous que l'on puisse rire de sujets graves ou sérieux sur le mode plaisant ou humoristiques ?
  • Pensez vous que l'on puisse traiter des sujets graves et serieux sur le mode plaisant et ironique?
  • Pensez-vous que l'on puisse traiter de sujets graves sur le mode plaisant?
  • Pensez vous que l'on puisse traiter des sujets graves et sérieux sur le
  • Pensez-vous que l'on puisse traiter de sujets graves sur le mode plaisant?
  • Pensez-vous que l'on puisse, comme le fait voltaire (document b), traiter de sujets graves et sérieux sur le mode...
  • Pouvons-nous traiter de sujets sérieux, et même graves sur le mode humoristique ou bien plaisant?

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !