Perdre sa vie à la gagner

Pages: 8 (1751 mots) Publié le: 3 janvier 2015
Mesdames, Messieurs les jurés,
Voici l’histoire d'un homme qui risque aujourd’hui de tout perdre. Le 25 juillet dernier, j’étais à Paris pour visiter le Palais de la Découverte. Je suis passée par l’avenue de la
Grande-Armée. Il y avait du bruit, de la fureur.
Devant le siège social de PSA, des manifestants criaient leurs revendications et leur colère. J’étais là, face à eux. Stupéfait.Etonné. J’en ai oublié ma sortie. Je me suis avancée. Un homme s'est approché de moi, s'est présenté. Il s’appelait Halim, il avait une trentaine d’années. Je me souviens encore de son regard et de ses premiers mots interrogateurs :
– « Mais... qu’est-ce que tu fais ici ? »,
– « Un membre de ta famille risque d'être licencié ? ».
Je lui ai répondu :
– « Non Monsieur, pas tout à fait. »
Aumilieu du vacarme, nous nous sommes raconté nos vies.
Voici la sienne.
Halim a été embauché par PSA. Victime de cinq accidents du travail en onze ans. Souffrant maintenant d'une double hernie discale. On ne peut pas porter de lourdes pièces de carrosseries, pendant toute sa vie, sans en porter également les séquelles.
Et il m’a dit :
« PSA a accepté de me garder, mais qui va vouloir d'unouvrier handicapé lorsque PSA me licenciera ? »
Car Halim le sait : il va être licencié, comme beaucoup d’autres. Le handicap sera double : à la fois physique et moral. Son corps n’oubliera jamais ces douze années de travail acharné et pénible. Un licenciement marqué à jamais dans sa chair... Dans son esprit aussi.
Car cet homme a une famille à charge, une épouse et trois enfants.
Commentvont-ils vivre après ce traumatisme ?
En quelque sorte, cette histoire, c’est aussi la mienne. Celle d'un adolescent qui a vu sa mère sans emploi pendant neuf mois.
Ma mère a travaillé pendant vingt ans dans une entreprise de prêt-à-porter lorsqu'elle a été victime d'un licenciement économique. Elle n'avait pas de qualification, mais à son époque, on pouvait gravir les échelons sans avoir fait degrandes études.
Ma mère avait un CAP, pour se présenter sur le marché du travail, comme l’on dit. Or, les offres d'emplois, auxquelles elle pouvait prétendre, exigeaient un bac +3 / + 4.
Alors, à 45 ans, elle a dû se battre, reprendre ses études, recommencer à construire sa vie, comme si, en vingt ans, elle n'avait rien appris, rien réalisé.
Je l’ai soutenue, encouragée.
Elle s’inquiétaitsouvent, elle pensait que jamais elle n'aurait la ténacité nécessaire pour obtenir un nouveau diplôme.
Je la voyais assise devant la table du salon, désespérée par la situation, les yeux perdus dans le vide. Elle s’angoissait pour son avenir, sa famille, ses enfants.
Je l’ai vue étudier, apprendre, réapprendre, passer des examens, attendre fébrile les résultats. Et elle a réussi. Elle a obtenuune licence, a retrouvé un emploi.

Le spectre du chômage s’est évanoui. Néanmoins, son salaire a subi une baisse significative de 20%. Preuve s’il en était besoin, qu’à cause d’un licenciement, on a toujours quelque chose à perdre. Comment une société, un pays peuvent-ils accepter, générer de telles situations ? Car cette histoire n'est pas seulement l'histoire d'une femme ni celle d'un homme,c’est celle de tant d'autres, qui voient leur usine délocalisée, puis fermée, qui se retrouvent sans emploi, hantés par le sentiment d’être délaissés, parias d’une société qui ne veut plus d’eux. En effet, Mesdames, Messieurs, la situation économique actuelle bafoue, sans vergogne, quotidiennement, l'article premier de la déclaration universelle des droits de l'homme :
« Tous les êtres humainsnaissent libres et égaux en dignité et en droits. [...] Ils doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité. »
Mais, où sont la dignité, l’égalité, la fraternité, échos à notre devise « Liberté, égalité, Fraternité », quand un homme ou une femme perd son travail ?
Où sont les valeurs humanistes du pays des droits de l’homme ?
Que devient LA FRATERNITE quand nombre de...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Perdre sa vie a la gagner
  • Doit on perdre sa vie a la gagner
  • Le travail fait-il perdre ou gagner sa vie?
  • Gagner sa vie
  • Travaille-t-on uniquement pour gagner sa vie ?
  • Travailler est-ce gagner sa vie?
  • Nous sommes libres de gagner et nous sommes libre de perdre
  • Gagne t-on à perdre ses illusions ?

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !