Petite logique des forces - paul sandori

3604 mots 15 pages
1. Résumé :

Ce livre, écrit par Paul Sandori présente les principes de la statique.
Cet ingénieur et architecte canadien tente, par le biais de petit exercice de logique d’exposer le fonctionnement de bâtiments, ou de machines tout comme une grue, un vérin hydrolique.
L’explication tout au long du texte est accompagnée par des schémas réalisés par un mathématicien et ingénieur flamand du 16 ème siècle, et ayant apporté considérablement à la statique. Il s’agit en l’occurrence de Stevin.
L’auteur aborde des sujets très complexes tout comme la solidité des ponts, la stabilité des bâtiments… Il fait face à cette complexité en expliquant les principes par des exemples simples.

Le livre se veut facile à comprendre, par son côté ludique.
Au fil du livre, l’auteur se rapporte aux recherches et aux travaux effectués par divers mathématiciens et ingénieurs. Ainsi, l’auteur nous cite Archimède, Descartes, Galilée, Newton, Torricelli, Pascal, sans oublier Stevin très largement évoqué.

Le livre se décompose en sept parties principales : 1- Machines et structure : 2- Le levier 3- Le plan incliné 4- La poutre 5- L’eau et l’air 6- Un autre point de vue 7- Résumé et problèmes

Chacune des parties, qui s’intéresse à un principe en particulier de la statique, est très largement approfondit et développer. A la fin de chaque chapitre, un exemple permet de mettre en relation les principes venant justes d’être énoncé, avec des bâtiments.

2. Prises de note :

CHAPITRE 1 : Machines et structures
Les choses sont plus simples qu’il ne semble : (p.13)

« L’aspect intuitif » (p.13) :

→ L’auteur débute le roman, en expliquant que les machines, à l’exemple du levier, ne sont qu’une extension du corps humain. Dans le cadre du levier, le but est d’amplifier la force du bras humain, de manière à soulever une charge qui lui serait inaccessible autrement.

→ Pont sur le Firth of Fourth en Ecosse (1890):
Ce pont composé de deux travées

en relation

  • Petites logiques des forces
    2382 mots | 10 pages