Peut on accepter de quelqu'un qu'il fume dans un lieu funéraire? (meursault dans albert camus)

794 mots 4 pages
SUJET : Peut-on accepter de Meursault (L'étranger d'Albert Camus) qu'il fume devant le cercueil de sa mère? N'avez-vous jamais rencontré des personnes exécutant des actes que vous trouvez déplacés ou irrespectueux ? Comme par exemple une fille qui passerait devant vous avec une jupe au-dessus des genoux, vous trouvez cela choquant mais les gens qui vous entourent ne sont pas tous du même avis que vous. A partir de où la jupe est elle trop courte? Quelles sont les limites que la société nous impose ? Dans notre cas, auquel nous n'allons pas nous limiter, il s'agit de fumer devant un défunt. Que penser de cet acte? Est-il acceptable par notre société? Pour commencer on peut dire que tout est une question de culture, de convention. Ce n'est pas parce qu'une communauté trouve un certain acte choquant que toutes les communautés ont le même point de vue. Prenons un exemple concret, dans les pays asiatiques, le fait de produire un renvoi à table est une marque de politesse, même plus, cela signifie que le repas était très bon. Chez nous, celui qui fait un renvoi à table doit s'en excuser si il ne veut pas être considéré comme une personne mal éduquée. Dans notre cas, nous reprochons à Meursault d'avoir fumé devant le cercueil de sa mère or nous pouvons observer que certaines communautés africaines, comme celle des Agni, reproduisent devant le défunt ce qu'il aimait, de ce fait, s'il aimait fumer ou boire, les proches du défunt fumaient et buvaient durant les funérailles et en cas de refus, ils pouvaient être tués. N'est ce pas là une incroyable opposition culturelle? Dans notre société, fumer dans une morgue évoque un manque de respect envers le défunt et sa famille. Nous avons tous été éduqué dans ce sens, nous ne faisons que reproduire ce que nous vivons et par conséquent nous trouvons choquant ce que la société trouve choquant. Dans notre cas, le fait de fumer pendant un recueillement est choquant dans le sens où la personne fait passer son besoin personnel

en relation

  • Albert camus
    52160 mots | 209 pages
  • SUJET DE FRANCAIS
    129859 mots | 520 pages
  • Grammaire pour les nuls
    126373 mots | 506 pages
  • le père goriot
    130982 mots | 524 pages