Peut-on parler d’une disparition de la classe ouvrière ?

Pages: 6 (1393 mots) Publié le: 28 février 2011
Peut-on parler d’une disparition de la classe ouvrière ?

Introduction :
La notion de classe sociale désigne, dans son sens le plus large, un groupe social ayant les mêmes statuts économiques, sociaux ou politiques, les mêmes droits et devoirs, les mêmes espérances. Ici, le groupe social qui nous intéresse est la classe ouvrière qui semble être un monde à part. Cette classe se caractérise parla position commune dans le processus de production mais aussi par un mode de vie uniforme et cette conscience d’appartenance unique.
Depuis le milieu du XIXème siècle, la situation de la France a évolué dans les secteurs économiques et sociaux. Certaines catégories socioprofessionnelles telles que les cadres ont connu une hausse considérable de leur effectif alors que d’autres une grandebaisse, comme l’effectif des ouvriers. Cette diminution entraîne-t-elle la disparition de la classe ouvrière ?
Dans une première partie, nous définirons la classe sociale selon Marx et Weber avec leurs pensées concernant la disparition de la classe ouvrière et dans une deuxième partie, la classe ouvrière depuis son ascension pendant la Révolution Industrielle à aujourd’hui.
I. La classe sociale.Il existe une controverse autour de la définition de la classe sociale. En effet, deux sociologues vont s’affronter autour de la caractérisation de la classe sociale ; Karl Marx et Max Weber. Dans cette partie, nous allons voir qu’est ce qu’une classe sociale pour les Marxiens et pour les Wébériens mais aussi où en est la classe ouvrière selon ces deux pères fondateurs de la sociologie.
A.Selon Karl Marx.
Commençons par la conception de Marx. Karl Marx considère qu’il existe dans notre société capitaliste, des groupes aux intérêts divergents. Pour lui, c’est la place qu’occupent les individus dans le monde économique qui permet de déterminer leur appartenance à une classe sociale ; la place dans les rapports de production. Il va distinguer le patron ; le propriétaire des moyens deproduction qui embauchent, des salariés qui eux n’ont que leur force de travail à vendre pour subvenir à leurs besoins : comme les ouvriers. En effet, la pensée de Marx a beaucoup influencé le mouvement ouvrier de l’époque.
Les ouvriers ont tous la même position dans le processus de production ; se sont des salariés qui ne possèdent aucun moyen de productions à part leur force de travail. Lesouvriers ont une conscience de groupe particulière, ils en ont besoin pour exister, une sorte de « culture ouvrière ». Les ouvriers adoptent un comportement commun, un mode de vie similaire. Ils ont une conscience d’appartenance à leur classe, pour être acteurs collectifs dans les conflits avec les autres classes ou le patronat. Par exemple, les ouvriers sont en perpétuel conflit avec leur patronautour de la répartition des richesses, de la valeur ajoutée.
La classe ouvrière est une classe pour soi, c'est-à-dire que les ouvriers ont conscience de leurs intérêts en commun. Ce sentiment a tendance à diminuer selon la qualification. On remarque que les ouvriers qualifiés ont un sentiment d’appartenance plus fort que les ouvriers non qualifiés (7 points de pourcentage différents d’après ledocument 5 ; un ouvrier qualifié sur deux a le sentiment d’appartenir à une classe sociale et sur 100 ouvriers non qualifiés, 43 ont le sentiment d’appartenir à une classe sociale). Néanmoins ce sentiment d’appartenance aurait tendance à augmenter avec la crise ; les inégalités augmentent avec la crise économique.

B. Selon Max Weber.
Du point de vu de Max Weber, la classe sociale se définit audelà des différenciations économiques ; elle se définit aussi par d’autres sources possibles de différenciations diverses entre les individus. Weber critique donc le déterminisme économique de Marx. Pour lui, notre société actuelle est une société de strates, un espace social qui ressemble à des échelles sociales. On peut appeler ces échelles des ordres, des ordres que Weber va distinguer en...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Peut-on parler d'une disparition de la classe ouvriere
  • Peut-on parler d'une disparition de la classe ouvriere ?
  • Peut-on parler d'une disparition de la classe ouvrière?
  • Peut
  • Peut-on parler d'une classe ouvrière
  • Peut on parler dune disparition de la classe ouvriere
  • Peut-on parler d'une classe ouvrière en france?
  • Peut-on parler d'une disparition de la classe social

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !