Peut-on penser sans préjuger

Pages: 11 (2653 mots) Publié le: 18 janvier 2015
I - La religion est-elle vraiment un facteur de communion ?

I°) A) La contribution des religions à l’élargissement des vues humaines sur la communion est-elle œuvre d’amour ?

La religion répond au désir de communion humaine, de fraternité. Les grandes religions ont été les premières à considérer l’universalisme, à dépasser races, peuples, ethnies, familles en élargissant le regard humain.On peut aisément mettre en valeur le lien entre morale et espérance religieuse. Cependant dans ce mouvement d’élargissement des communautés humaines auquel les religions ont contribué, il y a eu de nombreux conflits, des guerres, etc. La constitution de communion humaine de plus en plus universaliste suppose à un moment donné une renonciation au monopole religieux. Il n’y a pas d’amour sans unetolérance religieuse. Qui mieux qu’un agnostique peut exercer cette tolérance ?

I°) B) Les illusions idéologiques de la communion religieuse ne sont-elles pas inévitables ?

Toutefois on objecte que celui qui ne croit à rien ne serait pas capable de tenir ses promesses bases d’une réelle fraternité. Les religions semblent offrir un socle solide pour bâtir de la fraternité.
Mais ces communionshumaines fondées sur la religion ne sont-elles pas souvent des illusions même si il y a une fraternité ? Par exemple, comme Marx et Engels nous l’expliquent, une religion est porteuse d’une idéologie qui permet de justifier les classes sociales. L’idéologie est une illusion à laquelle les personnes croient. Par exemple la religion chrétienne affirme qu’il sera plus dur à un riche d’entrer auparadis qu’à un chameau de passer au travers du chat d’une aiguille. Ici la religion justifie l’ordre social terrestre : le pauvre a plus de chance de gagner le paradis, idée qui l’aide à accepter son sort social, le riche a peu de chance d’aller au paradis, idée qui justifie sa richesse ici-bas vis-à-vis du pauvre. Cet amour en tant que communion religieuse est donc largement conditionnel et iljustifie des conditions sociales le plus souvent discutables. Seule la science ne succomberait pas à l’idéologie : elle seule peut nous faire passer des intérêts égocentriques ou sociaux à des intérêts universels. L’intérêt universel n’est-il pas le désintéressement qui caractérise un amour fraternel authentique ?

I°) C) Transition critique : une politique athée peut-elle mieux nous émanciper qu’uneautre ?

Cependant le marxisme lui-même n’a pas échappé à la logique de domination et le communisme a pu être considéré comme une forme de religion athée avec ses dogmes, ses hérésies, ses anathèmes, ses schismes, ses persécutions, etc. L’universalisme lorsqu’il veut être imposé par une dictature particularise ses intérêts et perd tout désintéressement au bien d’autrui. Si on veut échapper àdes logiques de domination communautaire, il faudrait penser vraiment une absence de hiérarchie. Une science sociologique sans préjugés est-elle possible ? Pour vraiment instiller une égale dignité de chacun ne faut-il pas valoriser une singularité individuelle qui échappe à toute science. Mais la religion peut-elle mieux prendre en compte cet idéal ?
Seul l’anarchisme semble donner une solution àla critique idéologique. L’amour, s’il est à la fois collectif et individuel, conduit à un système anarchiste sans hiérarchie. L’idéal politique est de trouver une harmonie entre l’épanouissement individuel et la solidarité collective.
Dans une communion, l’individu est connecté à un élan créateur qui l’épanouit individuellement tout en suscitant une harmonie collective. Cette notion decommunion a des origines religieuses. Des anarchistes mystiques en Russie ou un spiritualisme de gauche avec Jaurès ou Pierre Leroux, qui a ses sources chez Rousseau en France, ont uni une réflexion sur la communion humaine émancipée des logiques de domination à une recherche spirituelle.

II - L’amour religieux devenu tolérant est-il infantilisant ?

II°) A) La communion ouverte grâce à la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Peut-on penser sans préjugés
  • Peut-on penser sans préjuger ?
  • Peut on penser sans préjugés
  • Peut-on penser sans préjugés
  • Peut on penser sans préjuger
  • Peut on penser sans préjugés
  • Peut on penser sans préjugés
  • Peut on penser sans prejuger

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !