Peut-on refuser l'idée d'un inconscient psychique ?

1305 mots 6 pages
Peut-on refuser l'idée d'un inconscient psychique ?

Nous pouvons distinguer deux fonctions du mot inconscient. Il peut être l'adjectif qualifiant ce qui est dépourvu de conscience, ou le substantif désignant l'ensemble des phénomènes psychiques refoulés. Refuser l'idée d'un inconscient psychique revient à accepter la conscience comme seule et unique réalité psychique, ce qu'il est naturellement impossible de faire si les preuves de l'existence de l'inconscient sont apportées.

C'est pourquoi, dans le cadre de notre étude, nous répondrons à la question suivante : « Quelles sont les manifestations de l'inconscient psychique du Sujet ? »

Pour cela, nous montrerons d'abord les limites de la théorie cartésienne faisant de la conscience le seul compartiment psychique du Sujet, ce qui nous permettra d'introduire les manifestations de l'inconscient selon l'inaperçu (absence de conscience dans nos perceptions) ou comme une réalité psychique à part entière au processus de fonctionnement complexe, selon la théorie freudienne.

Pour Descartes, il existe deux modalités du Sujet : la pensée, res cogitans, qui par le biais du cogito (prise de conscience d'une pensée qui se pense elle-même comme être de pensée) fait de l'individu un être conscient, et l'étendue ou construction, res extensa, qui est son enveloppe matérielle dans l'espace. C'est le dualisme substantiel qui dissocie l'Âme et le Corps.
Cependant, le principe du cogito, « Je doute donc je pense, je pense donc je suis, si j'existe » affirme que le Sujet, étant unique, n'existe pas s'il ne pense pas, ce qui est inconcevable avec l'idée d'un inconscient psychique. Mais cette théorie peut être mise en défaut par un exemple simple : le sommeil. En effet, lorsque l'on dort, nous ne sommes pas conscients mais nous continuons d'exister. De plus, le sommeil est un contre-exemple d'autant plus intéressant qu'il est le théâtre d'une activité psychique intense qui sera qualifiée plus tard par Freud (au XXème

en relation

  • L’hypothèse de l’inconscient psychique revient-elle à admettre un autre moi en moi ?
    1934 mots | 8 pages
  • La libération doit elle passer par le refus de l'inconscient?
    2497 mots | 10 pages
  • Texte de alain sur l'inconscient
    2917 mots | 12 pages
  • La notion d'inconscient introduit-elle la fatalité dans la vie de l'homme ?
    2463 mots | 10 pages
  • Suis-je ce que j’ai conscience d’être ?
    1316 mots | 6 pages
  • L’idée d’inconscient exclut-elle celle de liberté ?
    1959 mots | 8 pages
  • L'inconscient
    5017 mots | 21 pages
  • Freud inconscient
    696 mots | 3 pages
  • L'inconscient
    8655 mots | 35 pages
  • Peut on concevoir la conscience sans l'inconscient ?
    1358 mots | 6 pages