Peut-on s'obstiner à demeurer soi-meme?

2889 mots 12 pages
BOSSUET, ORAISON FUNEBRE D’HENRIETTE D’ANGLETERRE, extr.

« Madame se meurt ! Madame est morte ! »

Considérez, Messieurs, ces grandes puissances que nous regardons de si bas ; pendant que nous tremblons sous leur main, Dieu les frappe pour nous avertir. Leur élévation en est la cause ; et il les épargne si peu qu’il ne craint pas de les sacrifier à l’instruction du reste des hommes. Chrétiens, ne murmurez pas si Madame a été choisie pour nous donner une telle instruction : il n’y a rien ici de rude pour elle, puisque, comme vous le verrez dans la suite, Dieu la sauve par le même coup qui nous instruit. Nous devrions être assez convaincus de notre néant : mais s’il faut des coups de surprise à nos coeurs enchantés de l’amour du monde, celui-ci est assez grand et assez terrible. O nuit désastreuse ! ô nuit effroyable, où retentit tout à coup comme un éclat de tonnerre cette étonnante nouvelle : Madame se meurt ! Madame est morte ! Qui de nous ne se sentit frappé à ce coup, comme si quelque tragique accident avait désolé sa famille ? Au premier bruit d’un mal si étrange, on accourut à Saint-Cloud de toutes parts ; on trouve tout consterné, excepté le coeur de cette princesse ; partout on entend des cris ; partout on voit la douleur et le désespoir, et l’image de la mort. Le roi, la reine, Monsieur, toute la cour, tout le peuple, tout est abattu, tout est désespéré ; et il me semble que je vois l’accomplissement de cette parole du prophète : « Le roi pleurera, le prince sera désolé, et les mains tomberont au peuple de douleur et d’étonnement. » Mais et les princes et les peuples gémissaient en vain ; en vain Monsieur, en vain le roi même tenait Madame serrée par de si étroits embrassements. Alors ils pouvaient dire l’un et l’autre avec saint Ambroise : Stingebam brachia, sed jam amiseram quam tenebam : « Je serrais les bras, mais j’avais déjà perdu ce que je tenais ». La princesse leur échappait parmi des embrassements si tendres, et la mort plus puissante

en relation

  • Personnages d'Antigone
    730 mots | 3 pages
  • Anthologie
    542 mots | 3 pages
  • La vérité
    622 mots | 3 pages
  • Le mutisme de phèdre
    761 mots | 4 pages
  • Correction etude de cas "gestion des conflits"
    792 mots | 4 pages
  • En attendant godot - beckett
    983 mots | 4 pages
  • Est-il absurde de désirer l'impossible
    1126 mots | 5 pages
  • Le théâtre, c’est la vie
    1483 mots | 6 pages
  • L'assomoir
    1191 mots | 5 pages
  • Dossier art appliqué bic
    1127 mots | 5 pages