Phèdre

1145 mots 5 pages
Les personnages de la tragédie classique racinienne sont souvent aliénés par une passion destructive. C’est le cas du personnage éponyme Phèdre, écrit en 1677, qui va révéler à sa confident Oenone dans l’acte 1-scène 3 l’origine de son mal être. En effet elle est secrètement amoureuse de son beau fils Hippolyte et lutte contre cet amour qu’elle ne peut contrôler.
Comment l’expression de l’amour fait-elle apparaitre une violence tragique ?
Les manifestations de l’amour dont souffre l’héroïne seront tout d’abord mis en relief puis la fatalité de se dernier malgré les tentatives de fuite sera révélé.

Les sentiments de Phèdre vont être annualisés dans un premier temps. Tout d’abord Phèdre éprouve une admiration pour Hippolyte. On peut relever un oxymore qui montre se sentiment : « Mon super ennemi » (v.4).cette figure met en relief une contradiction entre les deux termes « super » et « ennemi » car Phèdre ressent une passion coupable pour son beau fils. En effet cette amour et impossible. On peut relevée une obsession de l’amour de Phèdre envers Hippolyte : « j’adorais Hippolyte ; et, le voyant sans cesse » (v.18).non seulement Phèdre admirais Hippolyte mais elle le vénéra aussi : « J’offrais tout à ce dieu que je n’osais nommer » (v.20). On peut aussi relevée un paradoxe qui prouve la folie de Phèdre : « Pour bannir l’ennemi dont j’étais idolâtre » (v.25). Dans ce vers Phèdre essayais de considérer Hippolyte comme un « ennemi » mais elle et tellement amoureuse de lui qu’elle en devient folle « idolâtre ».

Après cette admiration pour Hippolyte Phèdre montre des troubles psychologiques et morale. D’abord Phèdre perd la raison elle commence à raconter des choses qu’elle n’aurait jamais sortie devant Oenone qu’elle aurait gardé pour elle : « un trouble s’éleva dans mon âme éperdue » (v.6). Elle explique à Oenone que Hippolyte et essentiel, important pour sa survie : « Je respirais, Oenone ; et, depuis son absence, Mes jours moins agités coulaient dans l’innocence

en relation

  • Phédre
    851 mots | 4 pages
  • Phèdre
    811 mots | 4 pages
  • Phèdre
    850 mots | 4 pages
  • Phedre
    4804 mots | 20 pages
  • phedre
    1456 mots | 6 pages
  • Phédre
    1065 mots | 5 pages
  • Phedre
    1056 mots | 5 pages
  • Phedre
    1033 mots | 5 pages
  • PHEDRE
    883 mots | 4 pages
  • Phedre
    1497 mots | 6 pages