Philo

1417 mots 6 pages
Suite scepticisme-empirisme.

Limite de la thèse empiriste: Dans le traité de la nature humaine, Yume montre que poussé à l’extrême l’empirisme conduit au scepticisme. Pour lui, tout vient de la sensation (ou impression), on ne peut rien postuler. Lorsque ces impressions persistent dans notre esprit, alors on obtient une idée. Yume pense que l’esprit humain est une scène vide.
Comment Yume pense-t-il la connaissance ?
Les vérité de raison ne posent aucun problème car on trouve les définition à partir de sensations. Mais il s’étonne que les vérités de fait nous paraissent nécessaire: Si je lance une bille sur un plan incliné, je m’attend à ce qu’elle descende ( on doit avoir fait l’expérience pour en être sûr, on peut imaginer un monde ou la bille de descendrait pas ). Yume pense que ça nous paraît évident par habitude ( bcp d »expérience le montre ). Mais le fait que la bille descende n’est pas absolument nécessaire, c’est-à-dire que le contraire n’implique pas de contradiction logique, cela nous paraît simplement bizarre. C’est par-ce-que cette expérience m’est habituelle qu’elle me donne un impression de nécessitée.
Problème: 2 faits sont souvent liés. Cependant, ça ne nous permet pas de prédire l’avenir. Donc notre connaissance se base sur la causalité => le feu entraine l’apparition de fumée.
Pour Yume, une causalité entraine un ordre donné: le feu (cause) puis la fumée (effet) . La causalité se base sur l’habitude d’un ordre, mais comment savoir si cet ordre sera toujours le même? (dérive sceptique).
Objection:
Les sciences prédisent l’avenir: or les empiristes radicaux pensent que ce n’est pas possible
Comment peut-on dériver les lois logique de l’espérience ? Deux droites parallèles ne se coupent jamais, or on ne peut pas le vérifier puisqu’on ne peut pas faire l’expérience de l’infini. Donc un empiriste ne peut pas justifier les mathématiques. D’où viennent nos lois logiques? (solution kantienne)

III La solution kantienne.

Critique

en relation

  • Philo
    1075 mots | 5 pages
  • Philo
    258 mots | 2 pages
  • Philo
    689 mots | 3 pages
  • Philo
    1630 mots | 7 pages
  • Philo
    286 mots | 2 pages
  • Philo
    914 mots | 4 pages
  • Philo
    935 mots | 4 pages
  • Philo
    495 mots | 2 pages
  • Philo
    3554 mots | 15 pages
  • Philo
    910 mots | 4 pages