Philo

1787 mots 8 pages
Dissertation philo : « L’état est-il un mal nécessaire »

On entend par Etat une autorité souveraine qui s’exerce sur l’ensemble d’un peuple et d’un territoire donné. Ce peuple réunissant des individus singuliers on dira que son autorité s’applique sur une société. Or dans les sociétés anciennes, l’Etat n’existait pas ou tenait une place différente selon les civilisations. Cependant selon Aristote, « l’homme est un animal politique » qui ne peut s’épanouir qu’au sein d’une société et d’une cité. Il serait alors simple de conclure que l’Etat est nécessaire à la société et qu’il ne peut être autrement qu’il n’est. La question se pose donc de savoir comment concilier harmonieusement les intérêts et les désirs de chacun afin d’aboutir au bien de tous ? En ce sens, l’état n’est il pas un moyen de parvenir à des fins individuelles ? On peut remarquer cependant que l’Etat se définit par un ensemble d’administration et d’institutions censées permettre la vie en communauté via les lois afin d’éviter que les hommes ne se nuisent entre eux. Mais peut-on par là dire que l’état est un mal ? N’agit-il pas en vu d’aboutir au bien commun et à éviter individualisme et égoïsme ? A l’inverse, il peut-être considéré comme une entrave à la liberté des hommes soit à un mal en soi. Peut-on dire que la vie en communauté est impossible sans état ? Le contraire est prouvé par certaines tribus existant encore aujourd’hui. Il faudrait donc chercher à comprendre la persuasion du mal par les hommes. Ceci nous amène à évoquer la morale ; science du bien et du mal en tant qu’elle est soumise au devoir et a pour but le bien. L’état est-il alors réellement nécessaire ? Et sa mise en place par les hommes a-t-elle été la bonne ? Afin de répondre à cette question nous verrons dans un premier temps que l’état est un bien nécessaire et nous montrerons comment il a été instauré ; puis dans un second temps que les hommes peuvent se rebeller face à cette institution et se monter méfiant voir «

en relation

  • Philo
    1075 mots | 5 pages
  • Philo
    258 mots | 2 pages
  • Philo
    689 mots | 3 pages
  • Philo
    1630 mots | 7 pages
  • Philo
    286 mots | 2 pages
  • Philo
    914 mots | 4 pages
  • Philo
    935 mots | 4 pages
  • Philo
    495 mots | 2 pages
  • Philo
    3554 mots | 15 pages
  • Philo
    910 mots | 4 pages