Philo

Pages: 6 (1381 mots) Publié le: 30 avril 2012
Il est temps que le questionnement soit son propre objet, c'est-à-dire que l'on interroge cette radicalité de l'interrogation et non pas que l'on essaie comme toujours d'aller vers les réponses qui suppriment le questionnement en le résolvant, comme si le questionnement ne comptait pas.
Donc la problématologie ce sont des réponses mais des réponses qui portent sur le questionnement, ce qu'onappelle des réponses problématologiques, c'est-à-dire des réponses qui partent du questionnement.
Donc si la problématologie est bien la discipline qui prend le questionnement comme point de départ, si la problématologie prend le questionnement radical comme l'objet même de sa propre interrogation, et si la philosophie enfin n'essaye pas de calquer sur la science cette obsession des réponses (Platona écrit au-dessus de l'Académie, son école, "nul n'entre ici qui n'est géomètre"). La philosophie à force de singer la science n'en a jamais eu la force, la fécondité, la progressivité.
Il n'y a pas de progrès en philosophie comme il y a du progrès en science : après avoir lu Platon, on ne peut pas le laisser sur le côté et aller vers Aristote. Alors qu’en science, une fois Newton lu on peutlaisser tomber ce qui précède.
Il n’y a pas ce caractère cumulatif des réponses philosophiques.

Il n'y a pas ce caractère cumulatif des réponses philosophiques. Donc c'était une grande erreur de la philosophie depuis 2000 ans de vouloir singer la science parce que la compétition est perdue d'avance.
La philosophie n'a d'ailleurs pas cette mission, c'est pour ça qu'il est bon de recadrer le sensmême de la démarche philosophique : la philosophie est là pour maintenir le questionnement de l'homme ouvert, de l'ouvrir sur des espaces de pensée qui sans cesse se renouvellent par des questions nouvelles et alors à ce moment-là les choses sont tout à fait différentes parce que il n'y a pas besoin d'avoir des réponses qui suppriment les questions puisque que l'objet de ses réponses enphilosophie, ce sont les questions elles-mêmes

Quel est celui qui est assez arrogant ou stupide pour penser qu'il va résoudre le problème de la liberté ? Est-ce que Marx a résolu le problème de la liberté par rapport à Spinoza ou Spinoza par rapport à Aristote ? Évidemment que non : le problème de la liberté, de Dieu, de la vérité revient sans arrêt, à chaque époque, d'une manière nouvelle car laphilosophie élabore les questions et permet de les comprendre en les conceptualisant de manière nouvelle, mais on ne va pas dire qu'on a trouvé la réponse qui clôt tout questionnement comme en science, c'est absurde évidemment. La philosophie n'a pas pour objet de ses réponses les réponses, mais comme objet de ses réponses le questionnement donc l'articulation avec les réponses existe, mais en tantqu'elle renvoie aux questions. (3mn45)

Donc ce qu'il faut voir, c'est que la philosophie est donc cette interrogation radicale sur elle-même et c'est au fond tout le sens de l'avant-propos et du premier chapitre.
L'idée est très simple, c'est que si on n'a pas questionné le questionnement jusqu’à présent ce n'est pas par une obnubilation scientifique, positiviste, c'est simplement parce que letemps n'était pas mûr. Il y a un refoulement des questionnements qui existait jusqu'à nos jours qui n'a pas permis à la problématologie de voir le jour et qui correspond à l'état d'avancement historique de la réflexion qui était moins problématique qu’aujourd'hui car aujourd'hui on vit dans une société où tout est problématique.
C'est une société unique dans l'histoire de l'homme car tout estproblématique, il n'y a rien qui ne soit passé au crible du questionnement que ce soit la science, les valeurs, la religion tout fait problème, il n'y a rien qui va de soi.

Et même s'il est évident pour vous, pour le voisin ça ne fera pas l'évidence que ça fait pour vous. En d'autres termes, ce qui est problématique ne l'est peut-être pas pour vous mais l’est pour l'autre et donc on est dans la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • philo philo
  • Philo
  • la philo
  • Philo
  • Philo
  • philo
  • Philo
  • Philo

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !