Philo

316 mots 2 pages
Audrey Boisvert La mort

Tout le monde sait que nous allons mourir un jour, tout le monde connait, un proche ou une connaissance qui est décèdé. Cela arrivera à chacun de nous, que ça soit à 20 ou 90 ans. La grande question que tout le monde se pose est, et le restera toujours: Qu'es-ce qu'il y a après la mort? Avez vous déja penser à ce qui vous arriverai si un jour vous ne vous réveiller plus jamais, si du jour au lendemain vous n'exister tout simplement plus? C'est une question où il y a plusieurs réponses possible. La mort peut signifier tellement de choses, sela varie de personnes en personnes, de religions à religions, de pensées à pensées. Par exemple, une personne peux croire qu'il n'y a absolument rien après la mort, c'est donc la non-existance de l'âme qui meurt avec le corp lui même. Une autre personne peut croire au dualisme, c'est-à-dire, le corp de vie plus, mais notre esprit peux encore continuer a vivre sans être rattaché à son corps auquel il appartenait auparavent. Le troisième cas serait celui de ceux qui croient en la foi, il croient à un vie futur après la mort. C'est une question qui peux être bien embêtante pour beaucoup, car la mort n'est pas quelque chose de précis, c'est un terme très vague en profondeur, car si nous allons seulement en surface la mort c'est une façon de dire que quelqu'un a perdu la vie, que son coeur ne bat plus, donc plus de sang circule dans son corps. Cette question est très pertinante, parce que premièrement tout le monde meurt un jour et deuxièmement tout le monde s'est déjà poser la question au moins une fois dans ssa vie. Une personne peux donc soit croire au dualisme, à la non-existance ou à la religion selon la personne bien

en relation

  • Philo
    258 mots | 2 pages
  • Philo
    1075 mots | 5 pages
  • Philo
    689 mots | 3 pages
  • Philo
    286 mots | 2 pages
  • Philo
    1630 mots | 7 pages
  • Philo
    914 mots | 4 pages
  • Philo
    935 mots | 4 pages
  • Philo
    495 mots | 2 pages
  • Philo
    910 mots | 4 pages
  • Philo
    3554 mots | 15 pages