Philo

401 mots 2 pages
On peut considérer le doute comme inséparable, et même constitutif, de toute véritable entreprise philosophique. De Socrate à Descartes, en passant par les sceptiques, en effet, on retrouve ce doute.
Chez Socrate, le doute est synonyme de critique et de remise en cause de tout ce qui présente comme savoir. Pour Socrate, douter de tout, ne rien prendre comme allant de soi, pour acquis, est un devoir pour l'homme.
Chez les sceptiques, le doute est une attitude de suspens : on dit que, étant donné la nature de l'homme, on n’a pas de certitude, mais on doit au contraire douter de tout.
Chez Descartes, on retrouve le même doute radical que chez les sceptiques, mais, avec un mélange du doute socratique : le doute radical sert à ne pas être dupe des opinions ou des faux savoirs; c'est une méthode qui sert à nous purger de nos illusions, et à atteindre la vérité, sans se précipiter.
Ne pas se remettre en question est l'attitude dogmatique que combat la philosophie. Le doute a plus de vertu que l'assurance des dogmatiques.
La vie humaine est-elle possible si on se met à douter de tout ?
Le doute, c'est ce qui permet le progrès de l'humanité, à la fois au sens moral mais aussi au sens historique, scientifique, etc. Car douter ce n'est rien d'autre que faire preuve d'esprit critique.
Dans ce domaine de la connaissance immédiate, le doute est donc rationnel, possible, puisque nous ne pouvons jamais être certain d'être dans le vrai. Puisque je ne peux donner de bonnes raisons pour établir que nous avons une réelle connaissance, alors, non seulement, je peux en douter, mais aussi, je dois en douter (puisqu'elle peut être fausse)
Descartes lui-même nous conseille de ne pas adopter la pratique du doute dans la vie quotidienne : en théorie, le doute est conseillé car il ne faut pas se précipiter, il ne faut pas confondre sa croyance avec un vrai savoir, etc. Mais en pratique, ie, quand il s'agit de vivre, d'agir, il ne faut pas douter.
Il faut donc dans la vie courante

en relation

  • Philo
    1075 mots | 5 pages
  • Philo
    258 mots | 2 pages
  • Philo
    689 mots | 3 pages
  • Philo
    1630 mots | 7 pages
  • Philo
    286 mots | 2 pages
  • Philo
    914 mots | 4 pages
  • Philo
    935 mots | 4 pages
  • Philo
    495 mots | 2 pages
  • Philo
    3554 mots | 15 pages
  • Philo
    910 mots | 4 pages