Philo

4461 mots 18 pages
Note
« Sartre le maître du soupçon : critique de l’étude sur Nietzsche et Sartre : Le nihilisme est-il un humanisme ? » Simon Bouchard
Laval théologique et philosophique, vol. 63, n° 3, 2007, p. 597-604.

Pour citer cette note, utiliser l'information suivante :
URI: http://id.erudit.org/iderudit/018178ar DOI: 10.7202/018178ar Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir.

Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html

Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à
Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : erudit@umontreal.ca

Document téléchargé le 20 January 2013 06:47

Laval théologique et philosophique, 63, 3 (octobre 2007) : 597-604

note critique

SARTRE LE MAÎTRE DU SOUPÇON
CRITIQUE DE L’ÉTUDE SUR NIETZSCHE ET SARTRE : LE NIHILISME EST-IL UN HUMANISME ? *
Simon Bouchard
Faculté de philosophie Université Laval, Québec

______________________

utre les dialogues plus explicites avec Marx et Freud, Nietzsche fut sans aucun doute l’un des maîtres du soupçon les plus présents dans la pensée de Jean-Paul Sartre. Bien que ses œuvres philosophiques semblent témoigner du contraire, ses œuvres littéraires comptent presque toutes un personnage nihiliste, un insensé qui incarne les valeurs nietzschéennes. Dans Le nihilisme est-il un humanisme ?, Christine Daigle nous dit vouloir répondre à un manque de littérature comparative entre les philosophies de Nietzsche et Sartre en offrant une première étude sérieuse sur

en relation

  • Philo
    1075 mots | 5 pages
  • Philo
    258 mots | 2 pages
  • Philo
    689 mots | 3 pages
  • Philo
    1630 mots | 7 pages
  • Philo
    286 mots | 2 pages
  • Philo
    914 mots | 4 pages
  • Philo
    935 mots | 4 pages
  • Philo
    495 mots | 2 pages
  • Philo
    3554 mots | 15 pages
  • Philo
    910 mots | 4 pages